14/01/2016

Impitoyable

En quelques instants de lumière

à partager ta pétaudière

tu m'as fait un enfant unique,

un bâtard qui ne se laissera

pas entuber par le manque d'amour

et cette loi du fric

qui prend tout jusqu'à notre amour.

 

En quelques séances, allongé

sur ta terre à butiner tes divines fleurs

en imaginant que je m'envolais

avec toi pour Vénus,

j'ai su que tu ensemençais en moi

une force créative

qui allait bouleverser cet univers

fait de perversion et de corruption.

 

Tu m'as fait un bâtard

qui va allumer le pétard du monde

et foutre l'amour du cul à l'univers,

à ce monde qui se renie

et s'enfonce dans la haine;

à ce monde qui dit je t'aime

en plantant le poignard dans le dos;

à ce monde qui ne nous ressemble pas

et qui ne peut plus faire d'enfants

sans imaginer l'acte terroriste,

l'acte d'amour sans amour,

la haine et le cynisme dans les veines

comme unique horizon.

 

J'étais à la recherche

de l'acte qui t'envoie hors de la galaxie

à la recherche de l'Amour de Dieu:

 

Love Cristina.

C'est toi.

 

Tu m'as fait un enfant

et je le fais grandir seul sur papier

avec mes caresses bienfaisantes,

mes révoltes et ta fuite de maman

qui ne veut pas assumer

le monstre d'amour que tu as engendré

en pratiquant l'amour avec moi.

 

Savais-tu quand je t'ai fait écouter

Eminen sur Eminescu

que t'aurais du hurler:

"Attention casse-cou.

Ce type est hors-norme,

hors du temps,

hors de l'espace,

et il va faire de moi

une star de papier."

puisque tu refuses ton statut

de lumière par peur de tes ombres passées,

à ce statut près de moi pour la vie

près de cette vie de cinéma

qui se vit dans la réalité.

 

Me lis-tu en ce moment?

Alors si tu me lis,

tu sais ce que je veux te dire

sur cet enfant qui vient de naître

au moment où tu disparais de ma vie.

 

Tu sais aussi que je ne t'ai pas insultée

mais que j'ai respecté le pacte d'amour

entre une femme et un homme

qui se disent je t'aime

et se font confiance pour la vie.

 

Si je rentre à cinq du matin,

que je sens le parfum d'une autre femme

sur ma chemise,

ne vas-tu pas me demander

de me justifier un peu,

juste un peu,

avant de me faire l'amour divin?

 

Et si je perds alors le contrôle de moi

et que je te gueule que tu m'insultes

et que je ne veux plus te voir

parce que tu insultes notre amour,

Vas-tu rester naturellement amoureuse

de moi et me demander de revenir

et d'oublier?

 

C'est pourtant ce que je voudrais

parce que je n'ai pas insulté

notre amour.

J'ai voulu éclairer nos zones d'ombres

afin que tu fasses sauter ton système

et que tu préfères une vie de sentiments amoureux

à ta fucking life

qui me rend dingue,

qui me dit que je devrais avoir du fric

pour organiser une jolie vie

pour toi et pour moi,

et nos enfants futurs.

 

Maintenant que notre enfant

fleurit sur la toile,

j'aimerais te dire

qu'il est aussi à toi

et qui si tu as besoin un jour

de ses droits d'auteur

pour soigner ton cancer,

cet enfant est à toi

puisqu'il est à nous.

 

Tu appelleras le recueil

"Paradis from Cristina

before la Chute"

et j'espère que des millions

de followers embrasseront nos fleurs

afin que l'amour sorte vainqueur

et que la haine s'efface des coeurs

afin de changer d'époque et de monde,

afin de libérer l'amour de ses prisons,

 

Notre enfant de liberté

voyage maintenant sur la Toile.

Reste avec lui.

Peace & Love.

Il est ma consolation

après ma terrible désillusion,

après ce terrible crash

qui m'éloigne désormais de toi.

 

Tu comprendras que pour voyager

à la vitesse de la lumière

il ne faut pas laisser derrière soi

l'ombre obscurcir l'amour,

qu'il faut au contraire

prendre ce flux qui nous rajeunit sans cesse

et nous envoie vers les étoiles.

 

Tu comprendras que je chérissais

notre amour plus que tout

mais que j'avais besoin de preuve

et non pas d'imaginer une pieuvre,

vivre dans l'angoisse et le doute

de ta trahison,

penser à une mafia qui mettrait

notre relation en lambaux

avec ce gun sur le coeur

d'un amour trompeur.

 

Tu n'as pas voulu me donner

cette preuve d'amour,

cette preuve que la maladie te rongeait

et que je devais tout faire pour te sauver

des risques de la mort.

 

Il reste notre enfant.

Et il est beau notre enfant de cinéma.

Il est grand, innocent, poète,

prêt à affronter la critique

de ce monde qui se veut superficiel

mais qui se réveillera à notre essentiel.

 

Je t'aime, Cristina.

Qui que tu sois et quoique tu deviennes,

je serai encore cet ange

que tu as aimé.

Les commentaires sont fermés.