17/01/2016

Notre Civilisation ne tient plus qu'à un cheveu...

Ils ont voulu le royaume de Dieu sur Terre mais ils créent l'enfer au sein des peuples. Ils ont voulu le règne et connaître le paradis. Ils ne font que se condamner à l'enfer et à la dictature de leur Mal. Ils ont voulu tuer les innocents plus que les vrais coupables de leur malheur, le règne du fric et les adorateurs du Veau d'Or. Ils n'ont rien compris à Dieu mais se réclament de Dieu.

Il y a des moments charnières pour l'espèce que nous sommes. L'être humain a construit des Civilisations qui se sont éteintes les unes après les autres pour en former de nouvelles. Mais la nôtre de Civilisation ne peut s'éteindre sans perdre l'essence même d'homo sapiens. Nous sommes à l'ère de la Civilisation globale grâce ou à cause du progrès de la science et des êtres humains qui on su s'extraire de la gangue originelle grâce à leur intelligence, à leur vision, à leur don, à leur spiritualité, à leur amour de la vie, de l'exploration, de la passion qui anime le coeur des plus romantiques d'entre nous.

Il y a un moment où il faut que l'injure cesse et que nous disions définitivement non au nihilisme, à cette façon de donner raison à la mort en n'étant pas convaincu de notre foi en la vie. Il y a un moment où il faut admettre que nous ne sommes pas tout-puissants mais au contraire fragiles, plein de complexité, de doutes et d'incertitudes sur notre devenir au lieu de jouer les mécaniques de la vérité mensongère sur plan média. Donald Trump, m'entendez-vous?

Il y a surtout l'urgence de changer le coeur des hommes et des femmes qui se promènent sur l'abîme de la haine et de la violence. Notre Civilisation est engagée dans un pari et un processus global à la vie à la mort. Elle ne peut plus tricher et user de cynisme pour convaincre les foules. Elle doit jouer franc jeu, cartes sur table, convaincue qu'elle veut garder sa place parmi la Création. Et pour cela, qu'une seule option possible: vivre d'amour et d'empathie, de folie créative pour le bien de l'humanité et de la nature, de don de soi pour arrêter cette descente vers les enfers promis par des barbares sans foi ni loi et des gouvernements qui usent de toutes les ficelles prisonniers qu'ils sont de lobbies industriels, de marchands de la mort, de ces hommes qui créent les guerres en ne les assumant jamais grâce à leurs industries d'armes faites pour éliminer l'essence même de l'humanité. Dire stop au terrorisme, c'est aussi dire stop aux guerres d'Etat, stop aux ennemis artificiellement créés par des gouvernements désireux de produire du pouvoir pour eux-mêmes tout en se fichant des conséquences de la mort violente de millions de personnes. Les terroristes ne sont pas pire que ceux qui rendent le monde irrespirable par leur politique irresponsable faite de corruption, de combines financières, de coups tordus au nom d'une géopolitique de terreur qui devrait équilibrer les rapports de force alors qu'elle nous plonge dans l'obscurité la plus brutale et totale.

Nous ne sommes qu'à un cheveux de notre autodestruction. Cette année 2016 verra la naissance d'un hymne global à la littérature sur les mots d'un poète,  Tadeusz Rozewicz, cet hymne mondial sera joué pour la première fois à Wroclaw dès avril 2016. Sera-ce le dernier hymne d'une Civilisation qui se suicide? Ou le début d'une nouvelle interprétation de notre futur? L'hymne portera le nom du poème de cet auteur "Le petit cheveu du poète". Un autre artiste, en son temps révolutionnaire, avait déjà écrit des choses magnifiques autour de la chevelure féminine. Son nom? Charles Baudelaire, bien évidemment. Ce poème en prose est tirée du Speen de Paris:

Un hémisphère dans une chevelure

 

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.
      Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.
      Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
      Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.
      Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
      Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.
      Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.

 

Commentaires

@Pachakmac votre titre est révélateur surtout pour ceux qui sans le savoir le conduiront à sa perte
Je pense aux réseaux sociaux qui d'ailleurs le sont de moins en moins grâce aux abonnés qui malgré eux collaborent à la facilité pour les terroristes d'acheter des sympathies auprès des plus naifs
Ceux qui ont toujours été contre Face de bouc ou twitter peuvent dormir aur leurs deux oreilles, l'âme tranquille car ayant de suite senti les nombreux pièges qui allaient survenir!
Super semaine pour vous

Écrit par : lovejoie | 18/01/2016

Les commentaires sont fermés.