25/01/2016

Il court, il court le temps perdu

J'étais à la recherche

d'un grand amour éperdu.

Et ce fut toi, dans cette crèche,

dans ta chambre, rose nue,

qui me donna le signal

de cet amour idéal.

 

Il court, il court le temps perdu

sur tous ces corps mis à nu

par tant de filles voluptueuses

offrant leur main baladeuse

et leur gazon rasé au centre de leur but

à des aviateurs qui voltigent 20 minutes

en tirant leur penalty

en accusant une faute des filles

qui demandent le prix cash

pour le prix de leur crash. 

 

J'étais à la recherche

d'un grand amour éperdu.

Et ce fut toi, dans cette crèche,

dans ta chambre, rose nue,

qui me donna le signal

de cet amour idéal.

 

Et ce fut nous,

dans ces salons ivres où viennent

se jeter les pluies diluviennes

des hommes à la recherche

de ruts express et cachés ,

nous qui inventions une façon d'aimer

scandaleusement libre dans la brèche

de ce monde qui disparaissait

en laissant sa signature sur notre banc

dans les horreurs du sang 

des victimes et des innocents.

 

Time time time time time.

Time time time time time.

Intime est le temps perdu

qui me rajeunit sur ton corps nu.

 

Time time time time time.

Time time time time time.

Intime est notre élévation

au milieu de ton salon évasion.

 

I am No Border.

You are No Border.

We are No Borders.

Les commentaires sont fermés.