31/01/2016

Imagine a Dada butterfly in year 2016

Un papillon Dada s'est posé.

Sur la pointe de sa kalach,

il a battu des ailes.

Le terroriste n'a pas tiré.

 

Un papillon Dada s'est posé.

Sur le cockpit d'un Rafale,

il a battu des ailes.

Le soldat-pilote n'a pas largué sa bombe.

 

Que fais-tu dans la vie?

Je suis un papillon Dada

chargé d'une seule mission

jusqu'au jour de ma disparition.

 

Je n'ai pas d'armes.

Sauf mes ailes et ma légèreté

qui sont ma rareté.

Je n'ai pas de pouvoir.

Sauf mes couleurs et ma lumière

qui sont universelles.

Je n'ai pas d'amis.

Sauf toutes celles et tous ceux

qui me suivent dans ma musique.

 

Si un papillon a pu stopper un Rafale;

si un papillon a pu arrêter ce tir en rafales;

Alors imagine ce que des millions de papillons

peuvent faire sur la Terre pour dire non

à la violence et aux guerres artificielles

créées entre les nations, les religions, et les cons.

 

Un papillon Dada s'est posé;

sur son coeur elle l'a enlacé;

sur sa bouche elle l'a embrassé.

La fille-fleur a lâché tout son amour.

Le papillon Dada et la fille se sont embrasés.

 

Ils sont devenus Dada l'un de l'autre.

 

*L'histoire se passe quelque part entre la Suisse et la Roumanie...

 

 

 

30/01/2016

Une nuit avec toi et cette transe

Comment t'exprimer

ce goût d'electrojazz

qui m'électrise le corps

si ce n'est en découvrant

la géographie de ton corps

ayant connu tant de paysages

hardcore qui se sont tous âbimés

dans les profondeurs de tes chutes

de reins vertigineuses.

 

Ils avaient soif.

Et tu les as abreuvés.

Ils avaient faim.

Et tu les as nourris.

Ils avaient besoin de chaleur.

Et tu les as réchauffés.

 

Telle une fille envoyée des Anges

pour calmer les ardeurs des hommes.

 

Et maintenant je ne rêve

que de ta toundra

qui m'emmènera au fleuve,

à notre ruée vers les songes profonds

de nos soupirs orgasmiques sonores.

Je me vois glisser

vers ta lente descente de reins

qui s'étirera bientôt entre mes mains

jusqu'à ta fente

dont je goûterai les affolantes saveurs

me rendant à ce volcan plus brûlant

qu'un tison pénétrant ta divine toison

en lui transmettant son feu,

ses somptueuses éruptions,

son énergie, sa passion explosant

au centre de ton eau pure en ébullition.

 

D'azur seront nos copulations.

 

Le jour de notre première nuit,

je te raconterai l'impensable.

Comment un fragile et ancien papillon

a pris le pouvoir sur un jeune requin d'argent

avec mes caresses illuminant tes cheveux

des couleurs de l'arc-en-ciel,

mes baisers sur tes seins délicats,

tes splendides grenades abreuvant

ma bouche gourmande de leur lait de miel.

 

Le jour de notre première nuit

je ferai comme si...

comme si la mer rencontre le soleil

au moment où il se lève dans le ciel

atteignant son zénith à ta marée orgasmique

puis déclinant à l'Ouest de ton oued mirifique

au sein de ce ciel rougeoyant virant au sang

après nos longs ébats persans

plus voluptueux que les coïts d'Eros et Psyché

qui finirent par mettre au monde

une enfant plus belle que la mythologie

après un prodigieux combat héroïque

mené contre la violence du monde.

Et notre fille nous l'appellerons Hédoné,

soit Volupté, fille de l'Amour .

Hédoné.

Souviens-toi de ce prénom.

Car il sera le fruit de notre alliance,

le sceau de notre amour.

Hédoné

le miracle de notre union.

Dire le mal, faire le bien

Manger du porc c'est mal

Manger du porc c'est tellement bon.

Prier Dieu c'est bien.

Renier Dieu c'est mal.

Être athée c'est logique.

Être croyant c'est stupide.

Avoir une religion c'est dangereux.

Ne pas avoir de religion c'est malsain.

Faire l'amour hors mariage c'est scélérat.

Faire l'amour à quinze ans c'est bien.

N'aimer qu'une femme c'est la règle.

Partouzer c'est l'anarchie et c'est mal.

Entretenir plusieurs relations sexuelles c'est mal.

Mais faire l'amour c'est bien.

Et se sentir bien à trois c'est bien aussi.

Être polygame relationnelle c'est bien.

Être carnivore c'est mal.

Être végan c'est bien.

Manger des cuisses de grenouilles c'est mal.

Manger des cuisses de grenouilles c'est délicieux.

Faire l'amour à deux femmes c'est licencieux.

Faire l'amour avec deux hommes c'est scandaleux.

Se masturber ça rend sourd.

Se masturber ça fait du bien.

Se masturber c'est interdit.

Se masturber libère la tension sexuelle.

Se masturber prévient le viol.

Se masturber est un grave péché.

Se masturber c'est le sexe du pauvre.

Se masturber c'est le règne de l'imagination.

Se masturber est une délectation morose.

Se masturber c'est mal.

Se masturber n'est au final ni mal ni bien.

Mais aimer c'est bien.

Avoir la haine c'est mal.

Avoir la haine c'est juste normal.

Mais aimer c'est bien.

Refuser les religions c'est mal.

Mais aimer c'est bien,

Chasser l'athéisme c'est mal.

Mais aimer c'est bien.

Brûler l'étranger c'est mal.

Brûler la religion de l'autre c'est mal.

Interdire c'est bien et c'est mal.

Mais tyranniser c'est mal.

Imposer Dieu c'est mal.

Mais proposer Dieu c'est bien.

Dire du mal c'est mal.

Dire du bien c'est bien.

Mais dire quand ça fait mal

ça fait du bien.

Mais aimer c'est bien.

Mais dire si la religion nous étouffe.

Mais dire si notre religion est ainsi.

Mais laisser libre l'autre de ses croyances.

Mais défendre le bien commun à tous.

Faire le bien c'est bien.

Faire l'amour c'est bien.

Mais c'est mal quand c'est contraint.

Faire l'amour à plusieurs.

C'est mal mais ça peut être formidablement bien.

Ne faire jamais l'amour c'est pas vraiment génial.

Manger du porc c'est impur.

Manger du porc c'est occidental.

Manger halal c'est se sentir musulman.

Mais manger une fois du porc

et une autre fois halal c'est se sentir comment?

Manger seulement des légumes c'est bien.

Mais mal se nourrir c'est mal.

Créer des sectes c'est mal.

Mais sans amis pour croire c'est pas bien.

Créer des religions c'est mal.

Mais ne pas avoir d'idéal et de valeur c'est pas bien.

Te convertir c'est bien.

Cela ouvre l'esprit et te rend plus proche de l'Autre.

Te reconvertir c'est bien.

Cela prouve que tu as des racines.

Et repartir ailleurs c'est encore mieux.

Cela prouve que tu es en recherche

et que ta liberté est immense.

Aimer c'est bien.

Haïr c'est mal.

Aider le migrant c'est mal.

Mais ne pas l'aider c'est pire encore.

Forniquer c'est mal.

Mais ne pas forniquer c'est pire encore.

Rendre visite à une prostituée c'est mal.

Mais ne jamais faire l'amour c'est pire encore.

Devenir végan du sexe c'est bien.

A la condition de ne pas en souffrir atrocement.

Devenir un saint c'est bien.

A condition que le salaud ne touche pas aux enfants.

Être l'amant d'une femme c'est formidable

à condition de ne pas tyranniser son amour.

Le mariage pour tous c'est mal.

Le mariage pour tous est une grande avancée humaine.

Deux papas c'est mal.

Mais deux papas plus une maman c'est bien.

Mais faire l'amour à trois c'est mal.

Mais ne pas faire l'amour à trois

et avoir deux papas

c'est quand même bien pour l'enfant

qui adopte son deuxième papa

en gardant son premier papa.

Mais est-ce mal ou bien

pour l'enfant de vivre

dans une famille recomposée?

Être transsexuel est une déviance.

Mais ne pas l'être ne prouve pas le bien.

Deux femmes en amour c'est mal.

Deux femmes en amour c'est bien.

Mais un homme qui tabasse sa femme

c'est toujours mal.

 

Le mal et le bien sont relatifs.

Tout est perception personnelle.

Tout est question de culture,

de relation à l'autre, d'échange,

de savoir, d'apprendre de ses erreurs,

de s'ouvrir au monde ou de se fermer

dans sa bulle partisane,

d'accueillir ou de rejeter,

d'aimer ou de haïr.

 

Aimer c'est bien.

 

 

 

 

C'est toi que je veux

C'est comme un slow irradié

dans le bleu irréel d'un night club,

un vieux souvenir égaré

quelque part dans ma tête

après une nuit de champagne

avec elle en mini-jupe

en train de me dérouter

pour une envolée sur ses ailes.

 

Tu m'as écrit dans un émail

"C'est toi que je veux."

et comme dans un rêve éveillé

j'ai imaginé nous deux

dans un ans

dans 10 ans

dans 100 ans

dans 1000 ans.

 

Pareil à un roman à

la recherche du temps éperdu,

à jamais inachevé,

tu deviens immortelle à mon coeur,

 ma love partner pour des années lumière

et je ne suis pas près

de te laisser à un autre

à cause de mes erreurs passées.

 

Tu es celle en qui je crois,

en qui j'ai confiance,

en qui je place mon amour

comme on place son enfant

sur le piédestal de ses priorités.

 

C'est notre révolution des fleurs,

notre premier amour

après le temps des pleurs,

notre premier frisson

sans plus ressentir cette peur

de tomber dans la déchéance,

d'être rejetés des biens pensants

qui pensent tellement fort

que l'amour n'existera jamais

dans la chambre d'un bordel,

jamais dans le coeur

d'une fille de joie.

jamais dans le coeur

d'un client dévasté par la vie,

détruit par ce trop long silence

mais tellement plus fort

et carrément indestructible

lorsque tu m'aides

à revenir à la lumière des projecteurs

quand tu me regardes dans les yeux

avec ta moue rieuse

faisant naître dans mon esprit

cette révolution du bonheur.

 

Tu m'a écrit

"C'est toi que je veux"

et je t'écris

"C'est moi qui te veux"

quoiqu'il m'en coûte

quoiqu'ils diront tous

quoiqu'il arrivera

sur cette autoroute céleste

de notre Amour.

 

29/01/2016

Au nom du business, de la charia, et du bénéfice

Ainsi Rome se couche devant l'Iran de Rohani comme la France de Sarkozy s'était couchée devant la Libye de Kadhafi avec les conséquences tragiques que l'on connaît.

Le business l'emporte sur tout. On peut voiler les statues pour plaire à la pudeur iranienne comme demain, un monde musulman rigoriste majoritaire et autoritaire pourrait exiger de nos femmes et de nos filles de se voiler la face et perdre leurs libertés chèrement acquises.

Les femmes occidentales qui se rendent en Iran doivent obligatoirement se voiler et quand c'est l'Iran qui vient à nous, c'est l'Occident qui, au nom de la politique économique, accepte les exigences iraniennes. Ce n'est plus possible. Si l'Occident renonce à ses valeurs et se soumet, nous finirons tous soumis non pas à Dieu ou même Allah mais à la loi des hommes qui imposent leur jeu et leur pouvoir. Si les femmes musulmanes se disent libres, qu'elles laissent aux femmes libres de choisir leur mode de vie, leur façon d'aimer, leurs goûts, leurs choix de s'habiller comme de se déshabiller. La pudeur est personnelle. Elle n'est pas collective. Et si la société réagit à la nudité, elle se doit aussi de réagir prestement à l'obligation du voile, voir de la burqa.

Nos libertés démocratiques sont bradées au nom du business. Nos sociétés suintent la haine par retour de réaction. Mais toute la politique mondiale continue à satisfaire les hommes puissants qui veulent imposer leur choix religieux, économiques et sociétales à toutes et à tous. Ce n'est déjà plus de la démocratie. C'est le retour de la tyrannie déguisée sous des formes financières soumettant les êtres humains érigées en normes démocratiques. Pure hypocrisie. Pure manipulation philosophique d'une prétendue démocratie qui n'existera bientôt plus dans les actes si nous continuons à perdre le terrain citoyen par nos soumissions diverses aux pouvoirs économiques.