07/02/2016

Grenoble, nous voilà!

Mon train m'attend. Je dois faire vite. Mais doucement, Killy, va doucement. Notre train nous attend. Nous devons faire vite. Mais doucement Killy, va doucement. Nous n'allons pas faire un Kill. Nous allons danser, chanter, philosopher, et donner quelque chose de nous, quelque chose d'essentiel à ce monde qui dépérit et qui ne cesse de se trouver des excuses pour organiser la guerre, la violence, le crime, le viol.

Rien de justifie la haine. Sauf la haine elle-même. La haine de soi et des autres. La haine, la jalousie, le besoin de faire du mal pour se venger à froid de nos petites frustrations contemporaines.

Non! A Grenoble, nous n'allons pas à un rassemblement de la haine. Mais à un rassemblement d'amour pour nos passions, notre culte à al vie et au partage, notre besoin de se reconnaître même si nous ne nous sommes jusque-là jamais rencontrer.

A tout-à-l'heure. Killy. Mais doucement, Killy, tout en douceur. Il faut remporter la victoire des idées et faire venir à la lumière ce monde qui s'enfonce dans son obscurité, ses passions guerrières, ses envies d'en découdre sur le terrain militaire par manque de passion amoureuse.

Les commentaires sont fermés.