09/02/2016

Reality

Face à Face,

ventre contre ventre,

l'amour n'a pas fini à la casse.

 

Et pourtant ça sentait grave

la glace et la cendre dans ma cave

quand j'ai fait ma stupide descente de flic

dans ton innocence meurtrie par mes tics.

 

Notre vérité toute nue,

étalée sur le divan,

le soleil s'est retrouvé au sextant,

à perte de vue,

tu es revenue en fille d'avril

que j'avais laissée choir de péril en péril

dans le miroir brisé de mes tristes bras.

Fleurissant les chrysanthèmes

de mon flirt perdue

j'attendais sur le feu le poème

étoilé

qui m'ouvrirait à ta Grande Avenue

descendant sur mes Champs-Elysées.

 

Chasser toutes les termites

survivant dans mon vilain grimoire!

Tu es mon tout romantique

et la fille la plus chique

de toutes les comédies amoureuses

vécues dans mon Archipel des Valseuses.

 

Guérissant de tous les parasites

  logés dans ma longue mémoire,

tu es mon unique carrousel vérité

et mon doux manège enchanté,

vraiment celle en qui je peux

remettre ma confiance et mes voeux.

 

Je suis tombé sur la perle

vivant en toute franchise.

Dans chacune de tes gerles,

je retrouve le raisin des surprises

qui s'effeuille au printemps.

mûrit en été sous ta jupe de satan,

se cueille gaillardement en automne

puis se repose tranquille en hiver

comme un grand vin de mystère

sans aucun jour monotone.

 

Que ferons-nous de cet amour?

Un festin, un régal, un tambour,

un hymne solidaire,

une centrale solaire,

qui fera boum boum boum

matin, midi, minuit?

 

C'est la boum au mois de février.

C'est notre boum pour l'éternité!

Profitons de notre joie mordante.

Les jours sont trop courts

et les nuits des étoiles filantes.

 

Tu es devenue ma réalité,

mon authentique cinéma vérité.

 

Les commentaires sont fermés.