11/02/2016

Douce France

Douce France,

d'amer profond devient ma danse

devant tes nouvelles évidences.

 

Tes héros ne sont plus Victor Hugo

ni même Pierre Mendes France.

Tout devient beaucoup trop rance

et de sang brun surgit ton triste tango.

 

Tu coures après une tragique romance

après ceux qui ne dansent

que sur des pièges à cons et balancent

leurs discours dans l'indifférence

à toutes nos somptueuses différences.

Tu n'as donc plus goût aux belles errances

sur les terres d'Anatole France.

Tu préfères le pétrole aux poèmes fulgurance

et tu donnes ta préférence

aux armes des polices.

Oh souffrance!

Excuse-moi.

Mais que feras-tu de nos vies

si tes services deviennent des supplices,

des goulags se prenant pour des gags

à cause de tes polypatéticiens

confondant dans leur bordel

citoyenneté et déchéance.

 

 

Les commentaires sont fermés.