14/02/2016

Rouge talons aiguilles et chaussons à pompons

Double vie.

Qu'il me semble

loin le temps

de toi petite fille

en hiver toute frigorifiée,

riant dans tes chaussons à pompon

devant l'âtre du foyer brûlant,

regardant tomber les flocons de neige

sur la campagne

blanche comme une colombe.

 

Double vie.

Qu'il me semble

trop proche le temps

de toi la femme

en hiver perchée,

riant sur tes rouges talons-aiguilles

devant l'âtre à l'amour tarifé,

regardant tomber les flocons de neige

sur la ville blanche

comme une tombe.

 

Rouges talons-aiguilles

et chaussons à pompons

dans ta chambre à tampons.

Une passe pour papa,

une passe pour maman,

une passe pour ta soeur,

une passe pour ton frère,

faut bien que tu manges,

que tu te soignes,

que tu penses à l'avenir

pour ne pas rester dans la dèche

comme mon petit Jésus dans ta crèche

qui se glisse en doux va et vient

dans ta constellation des clients

comptant mes heures heureuses

entre tes bras de femme-enfant.

comptant tes heures heureuses

entre mes bras d'homme-enfant.

 

Rouges talons-aiguilles

et chaussons à pompons

dans ta chambre à tampons.

Une passe pour papa,

une passe pour maman,

une passe pour ta soeur,

une passe pour ton frère.

Faut bien survivre à ce monde

sans pitié où il faut payer cash

pour avoir droit à sa place

sans disparaître sous leur hache.

 

Je ne sais qui de la petite fille

ou de la femme

me donne ses grandes chaleurs

au centre de ce soleil qui explose

qui s'allume sur nos marelles

glissant le long de tes ruelles

entre maquerelle et passerelle

vers notre véritable bonheur.

 

Tu veux tout,

tout de suite,

et demain,

demain peut-être,

tes rouges talons-aiguilles

dans mon coeur,

nous fêterons Saint-Valentin

toi dans tes chaussons à pompon

moi auscultant ton joli ventre rond

attendant bébé boum

tel un vieux matou ronron

heureux comme un homme

entré dans ta vraie lumière.

 

Les commentaires sont fermés.