19/02/2016

Faire l'éloge d'un serial killer

Toute honte bue, je veux répondre ceci suite à un commentaire de Charles dans mon précédent billet "Eviter une troisième guerre mondiale".

1) Le monde des humains est fait de prédateurs et de proies. Les Etats sont autant des tueurs que des protecteurs du peuple, un peu à la façon des maquereaux qui dirigent le monde de la prostitution et qui, dans certaines contrées, se permettent le droit de vie et de mort sur les filles.

 

2) La démocratie était sensée donner des droits aux citoyens et citoyennes, entre autre la fraternité, la liberté, l'égalité, la justice, la dignité. Dans quelle partie du monde avons-nous réussi cette fameuse et introuvable démocratie? Un peu en Suisse? Oui, peut-être. Sauf que même chez nous l'Etat n'est pas toujours digne et à la hauteur du citoyen et que notre société libérale helvétique permet la circulation à haut débit de l'argent sale, voir carrément l'argent le plus criminel qui puisse exister sur cette planète.

 

3) Barack Obama est, avant d'être président, un homme au style assez sympa. Pas le pire des hommes. Et j'imagine que si je devais être copain avec les présidents des grands pays criminels qui ont des comportements prédateurs et qui créent des conflits dans le monde parce la géopolitique veut que la guerre fasse partie du cynisme ordinaire des prédateurs, je serais plus facilement le pote de Barack que de Vladimir, question ouverture d'esprit et refus des privilèges apportés par le pouvoir...

 

4) Que faire dans un monde qui privilégie le rapport de force, les inégalités la plus féroce (dont celle qui consiste à vivre avec le 1% des prédateurs terriens qui détiennent 50% de toutes les richesses matérielles produites par d'autres humains? Ma réponse: rester un anarchiste qui ne se laisse pas embobiner par le système ni par les couleurs nationales des Etats. Mais c'est con à dire et carrément désespérant. L'anarchiste est considéré comme un dangereux terroriste de la part d'une bonne partie du peuple qui se méfie comme la peste de l'homme qui sort du système au nom de sa liberté retrouvée...Aller savoir pourquoi les serial killers inspirent plus de confiance à leur propre peuple que les anarchistes qui, eux, cherchent le pouvoir horizontal des peuples et leur dignité à part entière et non plus le pouvoir vertical et hiérarchique de nos pouvoirs en place qui place l'élite et tous les droits qui vont avec pour cette caste de grands personnages médiatiques et politiques...

 

5) Si Obama est coupable de crimes et que son degré de criminalité pouvait être mesuré avec une échelle du serial killer, je dirais que sur l'Echelle de Killer il est quelques degrés en-dessous de Bush et de Poutine. par exemple. C'est mon sentiment. Cela peut-être un mauvais sentiment pour certains soutiens à Assad. Parce que porter un soutien inconditionnel au premier responsable du chaos syrien, c'est comme si, en d'autres temps, Poutine avait soutenu un salaud aussi géant qu'Hitler. Assad est en train de nous plonger dans une troisième guerre uniquement parce que sa majesté le tyran a renoncé définitivement à transformer son pays en autre chose qu'une dictature implacable. Je ne peux faire confiance à des types qui donnent 100% de leur soutien à des dictateurs, que ce soient des types qui dirigent la France, l'Amérique ou la Russie. Si Vladimir Poutine s'était rangé, avec responsabilité envers les peuples de la Terre, du côté de l'Occident en tant que soutien de la "démocratie", de nos grands principes de liberté, etc.,  on en serait sans doute pas à inventer la possibilité imminente d'une troisième guerre mondiale.

6) Si l'Occident est trop "pourri" pour un nombre certain de nos concitoyennes et concitoyens, il y a la possibilité de demander l'asile politique à la Russie de Poutine et même à la Syrie du camarade Assad. Mais je me demande bien pourquoi tous ces gens qui crachent toute leur haine de notre Occident vivent ici chez nous... Et pour autant, je ne me gêne nullement d'écrire ce qui me dérange profondément dans nos pays, nos propres démocraties. Parce qu'un anarchiste, lui, est capable d'aller sur les terrains les plus dangereux et les plus exposés sans l'autorisation des pouvoirs pour sauver sa part d'humanité qui, espérons-le, reste en nous tous...Parce qu'un anarchiste est capable d'écrire ce qui ne lui donnera pas accès aux médias officiels et qu'il devra bouffer de la vache enragée, se priver d'amour et d'eau fraîche au nom même de l'anarchie qu'il défend et qui lui coûte très cher personnellement et non pas très cher au peuple qu'il défend.

 

 

Les commentaires sont fermés.