26/02/2016

14 millions de déportés. Joli programme Monsieur Trump

Le mec a férocement l'air bien dans ses pompes. Mister Sans Pied est prêt à expulser 14 millions de Sans-Papiers hors des Etats-Unis. Mais le mec à la moumoute blonde n'est ni une blonde ridicule ni un mauvais mec à enfermer à Guantanamo.

Le mec réfléchit même parfois bien. Pas de sabotage du Medicare ni du plan social de Barack Obama. Il ne veut voir "personne mourir dans la rue". Sauf que. Sauf qu'il veut juste finir de "construire ce mur de séparation entre les bons du Nord et les Mauvais du Sud, un mur qui sera payé par les Mexicains légaux qui paient leurs taxes en Amérique à défaut d'en faire payer le prix au gouvernement mexicain à la tête d'un peuple de racailles tous criminelles et dealeuses de drogue". Parce que dans le monde, il y a les mauvais mecs et les mauvais peuples, les bons Américains tout blanc de peau et les terroristes musulmans qui envahissent la planète avec leur Coran criminel, les Indiens qui n'ont jamais vraiment pris la couleur blanche, les Noirs qui sont restés dans leurs ghettos, et les Hispaniques qui niquent les petites oies blanches d'Amérique trop naïves et trompées par leurs poisons hallucinogènes qui font d'elles des proies toutes dociles.

Mister Sans-Pied n'a pourtant jamais été héros lors de la guerre du Vietnam. Juste planqué dans une infirmerie où il sollicitait sa maman pour l'aider à remarcher convenablement un jour...évidemment après la fin de la guerre au Vietnam et le rapatriement chaotique des Amers ricains de l'enfer de la jungle viet-congaise. On ne sait pas, entre temps, ce qu'à du faire sa mère pour qu'il se retrouve à la table du Café du Commerce à bâtir ses tours de passe-passe, ses bêtisiers à gogo, pour ses admiratrices et admirateurs de la Stammtisch new-yorkaise. Parce que oui, vraiment, il faut être un sacré magicien pour transformer un pilier de bar, un poivrot notoire de la politique qui dit n'importe quoi genre: "Moi Président, j'interdirai tout musulman à pénétrer sur le sol américain" et que des dizaines de millions de followers restent baba devant son aplomb et sa prose. L'Amérique est donc prête à l'élever sur le trône en lui accordant une confiance aveugle. Cela me rappelle un autre temps des plus sinistres mais comparaison n'est nullement perspicace. Même dans mon ancien bistrot, Donald le charpentier aurait eu droit aux rires gras et aux sarcasmes, aux gros éclats de rires, et à quelques verres payés par d'autres piliers de bistrot qui l'auraient pris pour un sacré clown, un illuminé humoriste de la dernière heure.

Mais en Amérique, rien de ça. Le type est crédible. Où plutôt, ses milliards sont crédibles. Bon. Il a reçu quelques millions au départ dont il a su faire fructifier grâce à des petits écarts à la loi genre le recours au travail au noir grâce à la bonne volonté de clandestins polonais qui n'ont jamais rechigné à bosser presque gratos en échange de la protection du big maquereaux des chantiers.

En résumé de ce billet qui se veut sarcastique à souhait, il faudra des méchancetés plus énormes que celles de Donald Trump pour réussir à déboulonner le candidat à l'élection pestilentielle de 2017. Il faudra des Démocrates prêts à s'abaisser dans l'arène  du pipigate puisque la grandeur présidentielle n'attire plus beaucoup d'électrices et d'électeurs pas trop intéressés par la grande culture parce que trop pauvres, parce que trop mis à l'écart, parce que trop méprisés, parce que trop jamais personne aux yeux des grands de ce monde. La démocratie a atteint ses limites. Le populisme est à nouveau au goût du jour. Et cela ne m'étonnerait pas que les 14 millions présumés candidats à l'expulsion se rebellent et créent les conditions d'une guerre civile si par hasard Mister Sans Pied, le déséquilibré qui veut sauver l'Amérique blanche et recréer la race pure, prend le pouvoir à la Maison-Blanche.

https://www.mediapart.fr/journal/international/250216/le-phenomene-trump-decrypte?page_article=4

Les commentaires sont fermés.