28/02/2016

Ne laisse pas tomber l'extase dans l'abîme

A l'aube,

je savais qu'il y aurait

le crime et le crépuscule

dans chaque amour.

A l'extase du lever du soleil

correspondait l'extase de son coucher.

Puis cette nuit totale

enrobée de la lune et des étoiles

qui attendaient, pareille

à des mendiantes en sommeil,

un nouveau soleil

à travers leurs lueurs du jour.

 

Entre aube et crépuscule,

je monte sur ton cheval à bascule.

Entre aube et crépuscule,

tu montes sur mon cheval à bascule.

 

Et si nous basculons dans le bonheur

je n'oublie pas les risques de l'horreur

si par hasard on se perdait.

 

A chaque fois que je te fais

la baise

c'est une montée de braises

qui envahit nos corps

brûlant dans l'âtre

leurs essences idolâtres.

 

A chaque fois que je te fais

la baise

c'est une montée de spermatogenèse

grimpant le long de ta libido

qui se mouve sur mon lido.

 

Nous retarderons l'heure

de l'horreur

parce que l'aube sera éternelle

et que de nos fruits charnels

naîtront le miracle de la vie.

Nous retarderons l'heure

de l'horreur

parce que l'aube sera éternelle

et que nos nuits charnelles

seront de l'or

pour en gagner encore.

 

Nous ne nous haïrons point.

C'est mon premier commandement.

Nous nous aimerons à faire péter la durite

qui recouvre ma bite

quand je te fais la baise

et de nos baises jailliront nos pépites

et nos gosses de l'amour no limit.

C'est mon dernier commandement.

Les commentaires sont fermés.