29/02/2016

La libre circulation des idées l'emporte

Les Suisses et Suissesses ne sont pas encore devenus tous des moutons tondus par le loup blochérien.

Des initiatives à la pelle qui ne servent qu'à ajouter de la confusion à ce monde déjà tellement compliqué. Des votations pour rien et un peuple qui doit se résoudre à passer des heures à se masturber les méninges pour contrer une UDC complètement frigide, imperméable à toute idée de bonheur hors du chalet suisse, d'un coucou qui sonne à toutes les heures, une vache dans le pré, un yoddle, une Heidi pure souche, une montre suisse, une boîte de chocolat, et une fondue.

Si j'apprécie le côté kitch d'un tel rêve romantique, je refuse de concevoir ce rêve comme une pureté idyllique dont les étrangers seraient chassés, déportés, voir massacrer par un peuple devenu fou et fasciste sous le règne d'une dictature d'un homme Blanc cherchant une forme aryenne à son existence et voulant l'imposer au monde entier tel Donald Trump qui porte son bonnet d'âne qui fait semblant de ne rien savoir sur le Ku Klux Klan. Les rêves de pureté, de la source originelle, sans inclure l'humanité de tous, quelque soit sa couleur, ses péchés mineurs ou majeurs, ses goûts, ses interdits, et ses tabous, ne vaudra en tous temps que des désastres énormes au coût incalculable aux être humains. Nous avons eu Hitler et Staline, Mao, Pinochet, et tous les autres qui rêvaient d'instaurer leur ordre unique, leur hiérarchie pure, leur pouvoir mettant au pas toute contestation de celui-ci.

Nous Suisses savons bien cela malgré le fait que nous ne faisons plus la guerre depuis longtemps. Notre liberté, nous la connaissons. Elle est faite de cette mixité culturelle entre les vallées d'abord qui a mis fin aux crimes et aux viols collectifs entre villages; elle est, cette mixité, la garante de notre union dans un état de droit pour tous et pour toute. Et même si la mixité nous pose des problèmes conséquents, ceux-ci reste bien moindre et beaucoup plus enrichissants pour l'esprit que les escadrons de la mort udécéiste. Il n'y aura pas de Trumpette de la mort chez nous ni d'ailleurs en Amérique non plus. J'en fais le pari pour ne pas sombrer dans une terrible déprime morale.

 

Le peuple suisse a voté (sans moi). Il a donné raison à la raison et à la sagesse. Il sera nécessaire de continuer le combat car en Suisse, comme en France, comme en Amérique, comme en Russie, le populisme fait le lit des fascismes.

La Suisse est encore vivante et fière de l'être. Elle reste un état de droit, d'abondance, et de bien commun dont seule la mixité culturelle permet cet équilibre si précieux entre nos humanités, nos différences, nos individualités, et nos communautés multiples.

Une oasis de bonheur dans mon jardin botanique.

 

Les commentaires sont fermés.