07/03/2016

Tu vas me trumper avec lui

Cher Citoyen,

Chère Citoyenne,

voilà huit ans que tu peux me lire

et me contredire

ici même sur ce blog.

Cher Citoyen,

Chère Citoyenne,

voilà huit ans que je cherche mon avenir

avec toi, avec vous tous,

et que je puisse enfin trouver

une petite place

dans ton coeur, dans votre coeur de la Cité.

Cher Citoyen,

Chère Citoyenne,

je crains que tu me trumpes avec ce gars-là

et qu'il soit plus séduisant pour toi que

mes poèmes, mes images,

mes plans philosophiques,

et parfois même mes plans cul.

J'attends de tes nouvelles

depuis si longtemps,

un petit rendez-vous avec toi

au bistrot du coin

avec l'ami ou l'amie journaliste

qui me dira:

"Bienvenue Pacha K Mac.

Enchanté(e) de faire votre connaissance

pour de vrai

afin de savoir ce que vous avez

encore dans le ventre

pour le live de ce soir au 19.30h.

Mais je le vois bien.

Trump occupe toute la place.

C'est comme Wall Street et la Bourse.

Il n'y en a que pour lui

et sa faconde vulgaire.

Je comprends et je compatis

à votre curiosité pour cette bête de scène

qui fait de l'audience et des voix

par dizaines de millions.

Lui fait de la télévision depuis si longtemps

que sa lumière en est devenue charismatique

bien qu'il ait l'air d'un personnage

jouant dans Game of Throne,

donc pas vraiment dans un monde

civilisé, démocratique, libre,

sans violence, sans barbarie,

sans viol, sans horreur.

Toutes ces choses vécues

par nos ancêtres à l'époque

des rois et des dictateurs.

Mais c'est vrai,

Cher Citoyen et Chère Citoyenne,

Hitler et Staline,

ce n'est finalement pas si loin

de chez nous.

Pol Pot et Pinochet non plus.

Kadhafi et Assad encore moins loin.

Donc oui.

Trump peut vous paraître très moderne

et ma pensée tellement hors du temps.

Trump peut vous mener en bateau

vers l'apocalypse la plus effrayante

que cela vous paraît

sans doute juste et bien

pour vos enfants qui n'ont jamais rien demandé

à la politique des grandes personnes

et qui seront condamnés à mourir

sous les bombes avant même

d'avoir commis tous nos péchés matérialistes.

Donc oui.

Je comprends et je compatis

au fait que tout ce que j'écris,

toute cette passion intérieure,

je l'offre aux pigeons qui sautillent

là devant moi, sur les pavés,

l'air hautain et occupés

à ramasser les miettes laissées

par des humains peu partageurs.

Mes plages littéraires ne vous donnent pas

l'excitation nécessaire à votre enthousiasme.

Pas comme ce Donald Trump

dont vous vous arrachez les meetings

et les interviews pour capturer la perle

qui vous fera une audience du diable.

 

Chère Citoyenne,

Cher Citoyen,

j'aimerais juste que tu chantes

avec moi cette chanson de Maître Gims

et que tu remplaces ce passage

"Tu vas me manquer"

par

"Tu vas me trumper"

 

Comme cela, je serai un peu moins déçu,

sachant en toute connaissance de cause

que sur la planète,

il y a la justice médiatique

pour les milliardaires

et l'autre justice médiatique

pour les poètes extra-ordinaires

qui font de leur vie un art de vivre

en solitaire

loin de cette comédie tragique

qui va nous détruire

et nous raser de la planète Terre.

 

C'est la faute à Trump.

C'est la faute à Poutine.

Et à quelques milliardaires

illuminant les foules

de leur argent.

 

Les commentaires sont fermés.