16/03/2016

John Kasich contre Hillary Clinton, la finale qui sauverait l'Amérique

Il est quasi inenvisageable d'imaginer un duel Trump-Clinton pour la finale présidentielle.

Un tel duel, ce serait une montée inévitable des haines dans toutes les Amériques. Une tension énorme en découlerait et une Amérique laminée, perdant confiance en elle, et votant finalement pour le milliardaire en désespoir de cause pour remettre de l'ordre dans les propres incendies enclenchées par sa rhétorique scellerait une Amérique fasciste, dictatoriale, au pouvoir.

Les Conservateurs n'ont pas le droit de jouer une telle carte faisant appel au diable et aux sentiments les plus bas et primaires des populations américaines. Il ne s'agit pas de savoir si les Latinos, les Noirs, les Chinois ou les Blancs sont les pires et les plus méchants, les terroristes, dealers, et violeurs du peuple américain. Il ne s'agit pas d'agiter les flambeaux du fascisme et de la race pure pour réussir la trop fameuse "Grande Amérique" dont Donald Trump se targue. Non. Bien sûr que non. Nous le savons tous. Une telle politique mènerait à une immense catastrophe non seulement américaine mais mondiale puisque l'Amérique est le moteur même de la démocratie dans le monde. Nous savons tous que dans chaque communauté, dans chaque groupe humain, dans chaque quartier, banlieue, et centre ville comme dans chaque campagne les zones d'ombres et de lumières agitent toutes les populations du monde. Les ténèbres affrontent la lumière partout. Il n'y a point de paradis absolu. Il n'y a point de lieu ni de géographie humaine où les gens peuvent affirmer que chez eux le crime n'existe jamais. Donc Donald Trump est identique à des démagogues de la trempe d'Adolf Hitler. Il ne peut pas promettre le paradis en proposant l'enfer et la division entre pureté et impureté à la manière de sa fameuse Havard University du terrorisme de l'Etat islamique qui fait exactement pareil du point de vue rhétorique: "eux sont les impurs, les mauvais Américains même pas Américains (à l'instar de Barack Obama, car oui le mec à la moumoute a même osé cela. La non-appartenance au peuple d'Amérique du Président en fonction! Insulte invraisemblable mais qui lui permet toujours d'être dans la course à la Maison-Blanche. Allez comprendre où sont les limites de l'indécence en Amérique dans une course présidentielle). Nous, nous sommes les purs, les bons, les gentils, les excellents Américains qui allons changer l'Amérique et la rendre plus grande, plus fromidable, plus tout"... Bref, l'illusionniste sème le désastre et l'Amérique récoltera la tempête totale si ce mec est élu président.

Les Conservateurs doivent proposer un candidat vraiment crédible et fièrement Républicain. Ils semble que John Kasich qui vient de remporter l'Ohio, son Etat, propose une identité fort valable et proche d'un ton à la Ronald Reagan.

Il ne reste donc plus qu'aux Républicains de se recentrer et de se concentrer uniquement sur un candidat alternatif à la folle de service, Donald Trump. Sinon, cette fameuse finale entre Donald Trump et Hillary Clinton se transformera en gros risque de guerre civile avant même que le ou la présidente soit élue à la tête de la première puissance mondiale.

De grâce, pour toutes les Amériques, peuple d'Amérique choisit ton camp pour une finale digne et surtout porteuse d'avenir en ce monde qui marche sur la corde raide avec toutes ses tensions et ses contradictions au niveau planétaire.

A lire, ce billet intéressant sur la personnalité de John Kasich et la possible continuité pour l'Amérique de certaines lignes conductrices tracées et menées sous la présidence Obama:

http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/16/john-kasich-primaire-republicains-etats-unis-2017_n_9475628.html

 

Les commentaires sont fermés.