03/04/2016

Une faute de frappe

 

Tu m'as dit:

Notre histoire

a commencé

comme une faute de frappe

sur ton ordinateur

qui a donné envie à la fureur

de vivre une fabuleuse

histoire d'amour.

 

Je suis resté circonspect

voir même un peu suspect

face à ton immense respect

et à ce naissant secret.

 

J'ai pris ma faute de frappe

pour une simple erreur de script.

Mais c'est moi qui faisait

une grave erreur de jugement.

Car de la faute de frappe

est né ce bouleversement

du monde et de nos consciences.

 

Comment, comment donc ce k

qui n'avait jamais connu

la reconnaissance du peuple

pouvait-il faire peuple

dans ce temps révolutionnaire?

Comment, comment donc ce k

pouvait-il soudainement

faire corps avec le monde

et s'intégrer à la légende

de l'Humanité?

 

C'était l'autre jour.

K est entré sur la scène

par inadvertance sociale.

J'ai d'abord voulu le chasser

de ma mémoire et de l'ordre

de mon écriture.

Mais tu m'as dit de le garder

parce qu'il allait donner

le nom à cette révolution

et qu'alors il deviendrait

immensément important

pour toi et pour moi.

 

J'ai regardé k sur la page.

Il avait une certaine gueule de métèque.

Je voulais l'honorer en majuscule

mais tu m'as chuchoté

qu'il n'était qu'une minuscule,

qu'il était plus honnête en minuscule,

qu'il participait

d'un élément de construction,

d'une pierre à l'édifice

parmi la révolution en cours,

et qu'il voulait rester anonyme

parmi les anonymes

tout en donnant l'inspiration

aux gens

malgré sa faute de frappe.

 

C'est comme cela que k

a fait irruption sur la scène

et a permis de faire Volk,

prononcé folk, 

mais qui signifie peuple

en Allemand.

 

C'est comme cela que k

a mis en route la musique

et qu'elle ne s'est plus arrêtée.

C'est comme cela

que nous avons passé

de révolution à

RéVolkution

R comme révolution

V comme victoire

et k comme faute de frappe

et force de frappe.

 

On était loin, très loin,

des nuits nazies.

Nous étions dans les Nuits Debout.

Et on allait vivre

la RéVolkution

avec Franz Kafka

dans la mémoire de nos coeurs.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.