04/04/2016

Grande colère et pied de guerre, Place de la République

 

Durant la Nuit des Débats, un choc frontal a eu lieu dans l'église de Saint-Eustache entre la Maire de Paris Anne Hildalgo et une activiste qui se bat pour la dignité des migrants et de leur accueil en France, une activiste qui revendique sa présence dans le mouvement "Nuit Debout" se mobilisant actuellement et au moins jusqu'au 9 avril, Place de la République.

Une fois de plus, c'est dans l'écoute et le respect de la dignité de tous qu'il faudrait pouvoir débattre sereinement. Mais les colères et les frustrations sont immenses, les discours tenus ne sont pas toujours suivis d'actions concrètes qui permettent un vrai changement de société, un nouvel envol vers plus de démocratie, de justice, d'égalité. Les frontières se ferment en même temps que les coeurs et les esprits. Les idéologies extrêmes refont surface. Les crispations se lisent sur tous les visages, d'Edwy Plenel à celui de la rayonnante maire de Paris qui n'a pas voulu répondre en direct aux accusations de l'activiste quant à sa façon de traiter les questions de réfugiés dans la ville de Paris.

Le fil des discussions est complexe. Résoudre localement un accueil important de population qui est d'abord du à un désordre mondial, dont les disparités flagrantes entre populations du globe, les guerres pratiquées par les oligarchies mondiales entraînant massivement la fuite des populations vers notre Continent et obligeant du coup les populations européennes à se solidariser avec cette part d'humanité que l'on n'attendait pas chez nous alors qu'ici même des pans entiers de population vivent déjà dans la précarité, sont au chômage et ne voient plus de perspective d'avenir, tout cela est d'une violence humaine inouïe faite à tous et toutes, migrants comme citoyens de longue date.

"Nuit Debout" a compris une chose: il ne faut plus rien attendre de gouvernements qui se compromettent jusqu'à délivrer la Légion d'Honneur à des dictateurs et souteneurs du terrorisme mondial au nom d'intérêts économiques, de trafics d'armements militaires, et de contrats juteux. "Nuit Debout" résiste donc contre toutes les guerres organisées par les grandes puissances oligarchiques financières et contre leur total cynisme couvert sous des discours mielleux, cette mélasse intellectuelle sirupeuse qui tente de nous engluer dans ses marécages les plus morbides et ses comportements les plus scandaleux et odieux à l'échelle du monde mais aussi à l'échelle très locale.

Personnellement, je comprends la colère immense de cette jeunesse révoltée et je la soutiens du fond du coeur. Je crois qu'il est temps que nos politiciens et politiciennes professionnels comprennent qu'on ne fait plus de politique en laissant tomber les gens dans le réel, en ne leur proposant pas de vraies possibilités pour se sortir du pétrin économique dans lequel ils sont parfois entraînés faute d'une vraie écoute au niveau médiatique et politique. Si le discours des jeunes en révolte tombe dans des oreilles creuses et condescendantes, il n'y aura point de réconciliation entre le pouvoir de la Vème République et la rue. Il y aura la révolution. Et il est certain que cette jeunesse se réclame déjà de cette révolution à faire en ce printemps 2016. L'état d'urgence est d'ordre spirituel et poétique. Qu'attendons-nous de nos sociétés, de nous-mêmes? Qu'elles et que nous nous enfoncions dans la crise et les guerres de plus en plus tétanisantes, les vagues de réfugiés qui vont nous submerger faute d'avoir réussi à interrompre la guerre chez eux? Que font les pouvoirs, tous les pouvoirs pour que cesse la destruction du Moyen-Orient? France, Amérique, Russie en tête pour vraiment réussir la paix en Syrie, stabiliser la Libye, créer de vrais conditions de démocratie pour tous les peuples qui souffrent sous les dictatures, les monarchies pétrolifères, les tyrannies d'un autre âge, appuyées qu'elles sont par des livres religieux écrits en d'autres temps pour des populations d'un autre temps? Que font concrètement nos pouvoirs si ce n'est de s'arranger avec la corruption, et s'inviter entre puissants et corrompus en appuyant encore des courant religieux obscurantistes et même terroristes?

"Nuit Debout" ne lâchera rien. Mais par son extrême engagement, le mouvement aura sans doute de la peine à rallier de vastes pans de populations de France qui ont peur de cette révolution proposée, des populations qui se barricadent derrière ses murs confortables pour garder ses petits privilèges qu'elles obtiennent encore de par leur situation sociale pas trop dégradée et de leur envie profonde de rester en paix et de ne pas s'engager sur des chemins risqués qui pourraient leur faire perdre emplois et réputation dans leur entourage immédiat.

Oui. De tous temps, les révolutionnaires ont d'abord été très mal vus, voir lynchés, avant d'obtenir la reconnaissance des générations futures.

Y aura-t-il un vrai printemps révolutionnaire global en France? Rien n'est moins sûr. Mais l'espoir est là qui grandit et le gouvernement ferait bien de se préparer à une vraie grande vague d'indignés et de révoltés qui ne veulent plus de "ça", leur macabre danse programmée vers la désintégration et la mort de nos démocraties.

 

Les commentaires sont fermés.