05/04/2016

Temps et gouvernement pourris Place de la République

Nuit debout pluvieuse et interventions parfois houleuse entre les portes-drapeaux du syndicalisme qui s'emportent un peu de ne pouvoir s'afficher avec leurs drapeaux syndicaux, des journalistes qui ne savent pas à qui se référer, et cette incertitude quant à l'avenir du mouvement qui refuse obstinément, et à raison, toute verticalité avec représentants et supposés leaders de Nuit debout qui n'existent pas dans la réalité de l'action.

Les médias sont mal à l'aise, les politiciens aussi, et même les syndicats n'y retrouvent pas leurs petits. Nous sommes vraiment dans un processus de démocratisation en pleine expansion. Mais le mouvement peut tout aussi bien exploser par manque de structure que prospérer encore et encore ces prochains jours...

J'ai passé une bonne partie de la nuit à discuter avec un jeune homme aux idées novatrices et porteuses d'espoir. Il reste au mouvement à grandir pour éviter que tout se termine en pétard mouillé. Mais comme me disait le jeune homme. Même si Nuit Debout accouche d'un pétard mouillé, cette jeunesse-là est bien décidée à ne plus continuer la politique de la même façon. A voir si l'utopie de la démocratie horizontale, déjà très active sur le Web, peut se concrétiser à moyen terme et s'appliquer aux décisions politiques d'un Etat très vertical et centralisé...

A suivre sur les réseaux sociaux.

Pour ma part, il est temps de rentrer au pays et dormir un peu avant d'attaquer une autre journée derrière mes fourneaux...

Les commentaires sont fermés.