07/04/2016

Femmes publiques Debout Place de la République!

Avec ce Gouvernement Valls de dégauche, plus rien n'étonne, pas même de criminaliser le plus vieux job de la planète condamné par les trois religions du Livre mais, en principe, libérée par la pensée des Lumières et la laïcité.

Après la droite qui condamnait le métier en punissant les filles, c'est aux clients de payer leur tribut à cette dégauche qui joue les vierges effarouchées mais qui s'est tellement bien dégauchée sous le règne de DSK et tous les autres.

Avec cette dégauche hollandaise, c'est Toulouse-Lautrec et Baudelaire qui finissent criminalisés en plein XXIème siècle. Et la censure, bordel, qui refait son apparition sur toutes les oeuvres sulfureuses qui parlent des filles et des garçons qui jouent l'amour avec les jeux d'argent. Avec le garçon qui offre un parfum de luxe à sa belle d'une nuit comme le fait un petit ami avec sa copine un jour de Saint-Valentin...

C'est quoi cette morale dégauchée du gouvernement Valls? Interdire, enocre interdire, toujours interdire ce qui est licencieux et qui dérange l'ordre bourgeois. Et cela s'appelle une pensée de gauche? Allons donc! Si vous voulez encore jeter Baudelaire en prison, alors dites-le haut et fort et on vous répondra de nos poèmes, de nos chansons, de nos danses, Mesdames et Messieurs les Parlementaires qui font à peu près n'importe quoi sauf donner un peu plus de justice à ce monde.

Attaquez-vous aux réseaux mafieux, aux trafics de chair humaine, mais pas aux femmes libres qui pratiquent le job en âme et conscience. C'est du n'importe quoi comme à peu près tout ce qui vient de cette politique dégauchée qui sévit actuellement au gouvernement de la France.

Nous n'avons pas besoin de la tutelle de l'Etat pour conduire nos vies et nos amours. Mais nous avons encore besoin d'un Etat qui soutienne une politique vraiment démocratique, à la fois sociale et libérale. C'est aussi cela le mouvement des révoltés de Nuit Debout.

Femmes publiques, rendez-vous Place de la République pour une Nuit Debout!

 

Les commentaires sont fermés.