11/04/2016

Jeux de boue, Nuit Debout

T'avais raté Woodstock

parce qu'alors t'étais môme

et que ta téloche en noir et blanc

passait du rock

et que ta maman hurlait au démant

en écoutant cette jeunesse

prise par les démons du vice.

 

T'avais raté la révolution

parce que t'étais un mioche

de neuf ans

mais tes yeux de môme

avaient retenu l'essentiel

de ces moments qui allaient

changer l'Histoire de notre modernité.

 

Et voilà que c'est reparti

mais en plus grand et en plus fou.

Et voilà que cette fois tu es de la partie

et que tu ne vas pas t'arrêter.

 

Jamais vu pareille folie amoureuse naître

dans le coeur des gens

qui n'y croyaient plus du tout

à cette Grande Nuit Debout.

Jamais vu pareille source d'inspiration

naître sur les décombres de leur système.

Jamais penser que je retrouverais

des soeurs et des frères dans la lutte.

C'était à Pont Saint-Ludovic l'été dernier

que j'ai su que quelque chose de grandiose

se mettait en marche avec ces jeunes virtuoses

d'une nouvelle humanité

qui nous montraient la lune et les étoiles

en même temps que les migrants du Soudan

réjouissaient nos coeurs et nos esprits

en sortant de la mer.

 

Nous sommes là Debout

et nos jeux de boue

mettent Valls à genoux.

Nous tous là Debout

et nous irons jusqu'au bout

de ce jeu de boue

pour que naissent

ce nouvel Adam et cette nouvelle Eve. 

 

Parce que l'Humanité le vaut bien.

 

Les commentaires sont fermés.