11/04/2016

Offshore et business: la liberté selon Sade a triomphé pour un temps

Sade n'est pas le philosophe de la liberté pour tous mais de la soumission de tous au profit de la liberté totale de quelques-uns qui agissent sans morale et sans éthique.

Le divin Marquis, s'il a bien écrit une oeuvre philosophique de grande portée et de grande interrogation, ne peut en aucun cas être le référant universel à nos comportements humains. Si l'on se réfère à ses écrits, nous comprenons immédiatement que la liberté dont il parle et propose le cheminement est celui d'un enfermement du monde dans un enfer et une claustrophobie permanente où tous les crimes sont permis, du vol, en passant par le viol et la torture, au meurtre abominable. Sade décrit une société ou le vice n'est plus l'instrument d'une aspiration a plus de liberté jouissive personnelle et collective mais a plus de perversité jouissive dominatrice où la loi prédatrice du plus fort, du plus riche, du plus armé l'emporte toujours sur des foules soumises à la loi d'airain de l'argent du tout-puissant, du maître incontestable et incontesté qui trousse à souhait des colombines avides de sexe et d'argent, des croyants et croyantes dociles qui se laissent manipuler par des prêtres véreux et sodomites, des voyous banquiers qui pratiquent l'usure et le viol permanent des femmes sous domination de leurs jeux financiers.

Justine a beau pleuré de toutes ses larmes de fille naïve. Rien n'y fait. Elle aura toujours tort de tenter de rester la fille fraîche et saine qui veut agir autrement que par perversion de ses sentiments. Justine fend la foule et défend son intégrité corporelle et morale. Rien n'y fait. Les gens se moquent d'elle, les filles lui rappellent la réalité de ce monde en lui disant qu'elle prenne et son plaisir et l'argent de ses soupirants pour se créer une richesse personnelle qui fera d'elle une dominatrice plutôt qu'une femme soumise et de toute façon condamnée au viol, voir au meurtre de ses assaillants. La salope sadienne n'est pas une prostituée qui loue ses charmes pour un temps limité. Elle entretient sur la durée une relation de rapport de force avec ses partenaires sexuelles. Elle joue son rôle de femme libre d'agir selon ses propres intérêts sans jamais se préoccuper de l'intérêt de ses amants. La salope est la femme sadienne par excellence. Manipulatrice, calculatrice, cynique, elle est froide de coeur mais chaude au cul. Et nous vivons beaucoup de nos relations sexuelles sous le règne de la salope faite reine en ce monde. Les rapports domination-soumission n'ont jamais été aussi fréquentés et fréquentables qu'aujourd'hui. Hélas ce monde-là mène à notre perte d'humanité et notre désinvestissement total de notre devenir en tant qu'espèce et nous condamne à rester d'une indifférence flagrante au devenir de la planète et des espèces végétales et animales.

Y-a-t-il un remède foudroyant à la philosophie sadienne triomphante qui nous entraîne vers le gouffre abyssal d'une apocalypse humaine? Oui. Il existe d'autres formes de liberté exploitables pour plus de justice et d'égalité. Il s'agit de la liberté de conscience qui remplace la liberté d'inconscience représentée par le pur cynisme de la liberté sadienne. La liberté de conscience agit de façon nettement moins individualiste et perverse, plus centré et tourné vers une liberté qui nous unit tous au même rapport d'égalité dans la société et dans le couple que nous formons avec notre partenaire de vie. La liberté de conscience refuse le rapport de domination-soumission, prône une échelle des valeurs qui s'horizontalise pour éviter la verticalité des tyrannies; des clans mafieux qui n'ont d'intérêts supérieurs qu'à conforter et maintenir leur pouvoir criminel sur les gens; des maîtres élus sur des citoyens dépossédés et déchus non pas de leur droit de vote et d'user du bulletin de vote dans l'urne mais dans leur volonté de représentativité exemplaire qui tendrait à une plus grande justice et égalité entre eux tous. Le citoyen et la citoyenne ne peuvent être aujourd'hui que les cocus et les cocues de leur propre vie et qui consentent à cette rapacité de l'élite qui nous dirige.

Aujourd'hui, ces mêmes citoyens et citoyennes qui ne savaient plus comment faire pour prendre le parti de Justine disent non à la continuité de ce monde. Ils veulent exister et être considérés d'égal à égal et ils se réapproprient leur existence et leur possibilité d'influencer pour de vrai la société actuelle agonisant sous les aspects les plus négatifs de nos possibles humains, soit le crime, le vol, et le viol des femmes par contrainte matérielle ou par simple rapport de force physique.

Pier Paolo Pasolini a voulu démonter à travers son oeuvre cinématographique et poétique combien nous nous enfoncions dans cette erreur humaine fondamentale qu'est la liberté absolue qui n'est rien d'autre qu'un enfermement à soi et des autres dans le monde des ténèbres les plus effarants. Le terrorisme ne naît pas de nulle part..

Pasolini en est mort par violence extrême une nuit sur une plage de mer. En comprenant tous les enjeux de la philosophie sadienne dans notre monde dédié à la consommation outrancière, il a tenté de nous alerter sur nos égarements moraux et éthiques. Aujourd'hui, le mouvement Nuit Debout le ressuscite d'une certaine façon et lui fait honneur dans sa façon de se réapproprier la liberté, la conscience, la démocratie, l'égalité entre nous tous.

 

 

Les commentaires sont fermés.