24/04/2016

Nuit Debout: l'Inconnue

C'était minuit.

Les temps changeaient.

Des poudres de couleurs

innondaient les places parisiennes de bonheur

et transformaient le monde

en rebaptisant la démocratie.

 

Des poudres de jeunesse

qui n'étaient pas

ces poudres de perlimpinpin

sans lendemain

sans saveur

sans odeur

sans pudeur

que sont toutes leur poudres à lessive

qu'ils nous fourguent à la figure

en lavant nos cerveaux essorés

et nos coeurs desséchés

devenus morts-vivants

et qui consomment en s'assommant 

contre la société de consommation

en pleine dérive existentielle.

 

Elle passait par là.

Comme un pur hasard

descendu du Ciel.

On s'était donné rendez-vous

Place de la Bastille.

Tout simplement

sans penser à demain.

On ne se connaissait pas.

On s'était donné rendez-vous

et c'était un miracle extraordinaire

qui n'arrive qu'une seule fois lorsque

les coeurs sont en attente de tout,

qu'ils cherchent à réinventer la vie,

à redécouvrir l'amour

à reconnaître le printemps

des plus beaux violons romantiques.

 

On ne savait rien l'un de l'autre.

On était juste assez fous,

juste assez fougueux d'oser,

d'oser rêver à des jours magiques

sous les couleurs de la révolution

et de ce peuple qui chantait la carmagnole.

 

Elle était belle.

Non. Plus que belle. Sublime.

Et je me sentais tout petit

devant sa beauté. 

 

Elle.

Avec ses airs de Marie Laurencin.

 

Young Girl with Flowers Artwork by Marie Laurencin
 
   
 

Les commentaires sont fermés.