10/05/2016

La tour d'ivoire d'un gouvernement mourant

Le gouvernement de François Hollande est à l'agonie. Mais ne l'écrivez pas. La France va mieux et la loi travail va être appliquée de force.

C'est un peu comme les régimes alimentaires. Si vous le décidez par vous-même, cela passe mieux et vous faites de grands efforts pour retrouver votre ligne idéale. Mais si on vous l'impose, alors là vous faites la gueule et essayez n'importe quoi pour transgresser le régime imposé.

Et nous sommes arrivés au n'importe quoi de ce gouvernement Hollande, à cette forme totale et totalitaire de mépris présidentiel pour cette opposition qui chahute nuit et jour dans la rue. Rien n'y fait, même pas cette violence de plus en plus aiguë qui transpire entre forces de l'ordre gouvernementales et opposition radicale dans la rue. C'est la guerre, Monsieur Hollande, mais vous ne la voyez pas ou faites semblant.

Faudra-t-il des morts, Monsieur Hollande, pour que votre gouvernement avoue son incapacité à diriger la France? Faudra-t-il une place Tian'anmen de sinistre mémoire pour vous rappeler que vous vivez en démocratie (eh oui, malgré tout la démocratie vivante est dans la rue à l'horizontale de vos préoccupations élitistes et non organisée en oligarchie politico-financière comme la Chine)?

Faudra-t-il des révolutionnaires jetés en masse en prison, au bord de l'abîme républicaine, scandant des slogans de plus en plus durs et sans compromis avec la classe dirigeante? Si la chasse aux nobles doit être lancée se sera aussi de votre faute, Monsieur Hollande. Si tout finit dans la Terreur, vous en serez aussi tenu pour responsable face à votre incapacité de donner votre démission, tout simplement. Abandonner cette course qui ressemble de plus en plus à une chevauchée apocalyptique pour vous-même et pour la France entière.

Votre geste le plus sain serait de renoncer au pouvoir, de partir avec dignité et grandeur, réussir votre sortie, puisque vous avez raté pratiquement tout le reste, en souhaitant bonne chance à cette jeunesse prête à relever les défis les plus radicaux.

Monsieur Hollande, je vous le dis en tant que simple citoyen n'ayant pas la nationalité française: vous êtes un authentique has been dans ce monde que vous ne comprenez plus ou que vous ne voulez pas comprendre. Et si vous aviez juste une certaine logique présidentielle, cette absence de grandeur qui vous caractérise, vous et aussi votre prédécesseur à la fonction, vous vous retireriez avec votre gouvernement in corpore.

Si les chars arrivent à République à cause de votre entêtement, je serai devant eux. Soyez-en absolument certain.

 

Carmen 20160509_233552.JPG

Les commentaires sont fermés.