15/05/2016

Tout cela se terminera avec cette blonde, cette rousse, ou cette noiraude

Revoilà le Gérard! Et cette fois, pour le dire franc de coeur, j'aime son intervention...même si Nuit Debout en prend plein le cul...

Son coup de gueule est digne des plus grandes envolées lyriques de notre temps avec ce côté provoc du vrai rebelle qui rejette tout aux chiottes, le système, Nuit Debout, Cannes, les milliardaires... Sauf qu'à la fin le rebelle que je suis ne veut pas croire à la fin pessimiste du Gérard avec sa Marine le Pen au pouvoir.

Gérard, si Mai 68 était autre chose que Nuit Debout, c'est que le temps était à l'insouciance, au cinéma de la Nouvelle Vague, Godard, billes en tête, faisait des films révolutionnaires. Et toi tu baisais dans une histoire à trois avec ta mèche rebelle...et puis quoi...c'était pas du porno à la Rocco, c'était du romantisme trash et tout le tralala qui va avec. En Amérique du Sud, le Che Guevara ne voyait que la kalachnikov comme ultime recours pour s'opposer à l'impérialisme américain, la non-violence n'était que dans les coeurs des étudiants et étudiantes qui allumaient le monde avec leurs papillons, leurs fleurs, leurs musiques planantes ou absolument rebelles à toute autorité d'Etat. Il y avait toutes sortes de dérives, l'alcool, le shit, le LSD, et même l'idée folle d'éduquer à la sexualité nos propres enfants... Des outrages à leur pudeur et à leur éducation, des scandales sordides dont même Cohn-Bendit a difficilement réchappé ou, un autre, cinéaste de génie comme Polanski risque encore gros aujourd'hui.

Gérard, Nuit Debout chie comme tout le monde sur la cuvette des W.C. pour autant qu'il y ait des W.C. à République... Nuit Debout n'est pas plus minable que Mai 68. Il est, ou elle est, peut-être plus désespéré(e) parce que son avenir est très incertain et que beaucoup lui crachent au visage. Nuit Debout ouvre sa gueule mais eux, les ennemis du mouvement, toi y compris avec compris dedans le prix du café amer, lui répondent:

"Cause toujours, t'as rien à nous dire, t'as rien à nous apprendre, t'as pas à nous faire la leçon toi qui de ta pauvre précarité, de ta jeunesse, de tes échecs personnels d'ex-soixante-huitard crois pouvoir délivrer un message substantiel au monde. Hors tu n'as rien de sérieux à nous dire. Tu es loufoque, glauque, nul...à chier, sans avenir, sans rien. Nu comme un ver tu te fais dézinguer par nous les néocons, les pro-Poutines, les pro-capitalistes, les pro tout qui savent tout mieux que toi petit minable qui assied ton cul à République pour refaire ta propre déchéance citoyenne devant les périscopes qui tournent à vide des images qui ne valent que dalle."

Vu de Syrie, ça doit vraiment avoir de la gueule une telle pensée autoritaire, légitimement supérieure, développée sur tous les médias de l'Hexagone. Le global pour tous par l'horreur élitiste de notre monde, cinéma compris...

Gérard, tu attaques ce monde matérialiste et tu tires à vue. Tu lui fais la morale et pourtant tu te réfugies dans les baskets de Vladimir à qui tu fais sa promotion planétaire. N'oublie pas, cher Gérard, que ton cher Vladimir fait partie de ce système des milliardaires, qu'il en est l'incarnation même. Et n'oublie pas que Nuit Debout se révolte contre ce monde-là justement. Que si Nuit Debout est assis sur la cuvette des W.C. pour chier, il risque bien d'y avoir quelques révolutionnaires qui perdront patience d'ici quelques années et qui soudain se mettront à penser à la conclusion du Che: il n'y a que la violence pour leur faire croire que nous sommes crédible dans notre révolte. Et ce jour-là, Gérard, ce ne sera pas Nuit Debout qui chie sur les W.C. mais la kalachnikov qui parlera sur la tempe d'un grand patron comme au temps misérable de la RAF ou des Brigades Rouges.

Si tu restes crédible, Gérard, ne dénigre pas cette jeunesse à l'image des fascistes qui l'ont dénigré et la dénigre toujours. Si tu crois encore en l'être humain ne devient pas aussi désespéré et cynique en disant que c'est Marine et le FN, et rien d'autre, qui vont gagner à la fin.

Si tu crois à la Révolution, rejoins-nous à Nuit Debout, Gérard, pour refaire un petit tour de Valseuses à ce monde qui se fracasse contre les icebergs du fric et du porno parce que le romantisme a foutu le camp ailleurs.

Pour moi, c'est certain, tout finira ailleurs mais pas dans les bras de la blonde que tu dis. Ce sera une blonde, une rousse, une brune, une noiraude qui m'aimera avec son romantisme, notre grande histoire d'amour. Et le monde pour s'asseoir sur la cuvette en regardant ce couple s'aimer, elle la fleur épanouie et moi, le papillon rêveur, et tout à la fin notre lune de miel.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/15/97001-20160515FILWWW00051-nuit-debout-cannes-le-coup-de-gueule-de-depardieu.php

 

FullSizeRender (6)66.jpg

 

FullSizeRender (6)6666.jpg

 

Les commentaires sont fermés.