07/06/2016

Alain Touraine, un indigné aux mots qui clashent

 

"Ce qui me fait pleurer, devant cette situation que nous vivons, c'est que j'ai l'impression d'assister en France à la fin de ce qu'on a appelé le mouvement ouvrier. Quand j'ai vu la première version du projet de loi, j'ai eu l'impression que tout ce qui a été fait et gagné pendant 50 ans à été perdu. On parle d'inverser les normes, tout ceci a l'air de détails techniques mais c'est pas des détails techniques. Vous avez en ce moment un pays qui sort avec beaucoup de difficultés de ce qu'on a appelé le monde industriel. Il ne sait pas très bien dans quel autre monde on va entrer mais on sait ce qu'on a gagné à l'epoque industrielle et soudain on nous le fout en l'air et c'est tout à fait inacceptable.

Il s'agit de beaucoup plus que d'un modèle social, il s'agit de 100 ans de notre histoire. De 100 ans dont il faut sortir pour entrer dans un monde nouveau mais dont il faut sortir si on assure nos arrières, pas si on retourne à des situations insupportables. Or la première version de ce texte était insupportable pour des millions de gens. Je ne dis pas que c'était l'intention du gouvernement .Je dis que quand on parle du code du travail on ne parle pas du code de la route, c'est d'une toute autre importance, c'est des siècles de grèves, de luttes.. Donner aux gens le sentiment qu'on va effacer tout ça pour être compétitif par rapport à tel ou tel pays c'est insultant."

http://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/loi-travail-la-colere-du-sociologue-alain-touraine#

Un monde qui nous insulte, une FIFA qui joue au ballon mais pas que...qui joue d'abord à gagner de plus en plus de fric sans imaginer que le football c'est d'abord une école de vie, une école de la rue, une école ou on apprend le fair-play et la solidarité...

Il parle d'être solidaire de la France, nos chers politiciens. Mais ils parlent d'abord d'être solidaire de leur système de plus en plus injuste pour les ouvriers et les ouvrières, de plus en plus hostile envers celles et ceux qui restent sur le carreau de pique, qui n'ont plus de boulot, qui migrent, qui cherchent désespérément à rejoindre le navire qui les refuse et les rejette à l'eau... Dans la rue, le foot est toujours solidaire des petits mais au stade, les VIP, les millionnaires du foot, les supporters, tous marchent pour ce système qui n'est plus supportable et acceptable.

Ce ne sont pas les grèves ni un stade de France plongé dans le noir durant un match qui sont scandaleux. Ce qui est scandaleux c'est de dire au peuple que ça ira mieux demain, que les sacrifices arrivent bientôt à la fin  pour le peuple (cela rappelle le temps soviétique au plus fort de la corruption stalinienne) et que les "grands" du monde continuent leurs truquages financiers au détriment du peuple, et cela en toute impunité. La FIFA et l'UEFA n'ont à ce jour pas été mis hors jeu. Hors, comme toute multinationale qui ne respecte plus rien de la démocratie, la politique demande au peuple de continuer comme si de rien n'était et de soutenir les comportements mafieux de ces messieurs au sommet du foot. Qui sont les gangsters aux mains propres, aux costards-cravates, à la Rolex au poignet, mais aux agissements complètement contraires aux lois démocratiques, aux combats sociaux des peuples pour plus d'égalité en faveur des travailleurs et travailleuses, en faveur aussi de celles et ceux qu'on exclut en silence du circuit de la consommation et d'une vie décente?

Le football-business ne change pas. Il n'y a pas de raison d'arrêter les grèves pour étaler le tapis rouge aux mafieux de la FIFA et de l'UEFA.

 

Le Casseur du Système et sa Muse

(Paris, manif du 1er Mai 2016)

2016-06-07 08.31.41.png

 

2016-06-07 08.31.411.png

 

Les commentaires sont fermés.