15/06/2016

Kamel Daoud menacé de mort par une fatwa

Il suffit d'un passage télévision sur un grand média et patatra, le ciel vous tombe sur la tête où plutôt l'imam salafiste lance sa fatwa abominable contre vous.

Il faut savoir, pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, que le salafisme, frère du wahhabisme, lui-même cousin ennemi des terroristes de Daesh, lui-même apparenté à al-Norsra, al Qaïda, Aqmi, etc. est le courant islamique sunnite qui a le vent en poupe dans tous les pays arabo-musulmans mais aussi en France...

Grâce à son gigantesque pouvoir financier, les prédicateurs de ce mouvement savent comment encadrer une famille pauvre musulmane et la remettre dans le droit et strict chemin d'Allah...

C'est ainsi que tout  musulman(e), tel l'Algérien Kamel Daoud, qui prône un rapport moderne à un islam décomplexé et débarrassé de ses soumissions intolérantes, criminogènes, et fascistes, se voit menacer de mort, en particulier s'il/elle s'expose médiatiquement et donne son avis sur la chose sacrée. C'est ainsi que Kamel Daoud, à cause de son passage chez Ruqier dans l'émission "On est pas couché", où il a demandé à tous les musulmans de changer leur rapport à leur religion, a tout de suite été considéré comme acte d'apostasie et de dénigrement de l'islam et un acte de guerre contre Allah, son Prophète, le Coran et les valeurs sacrées de l'islam par un cheikh algérien.

Encore une fois, il est temps que notre société s'interroge et interroge les imams qui tiennent chez nous des propos en faveur d'un islam pur qui remonte aux sources du Coran avec une application à la lettre de tous les versets contenus dans le Livre. On ne plus laisser passer ça. On ne plus accepter l'intolérance faire son nid au sein de la communauté musulmane ainsi intimidée et condamnée à se taire devant ces petits chefs religieux qui se permettent de condamner à mort toute personne qui dérive d'un carcan religieux vécu et créé par un Prophète qui vivait au VIIème siècle. 

L'être humain a évolué des millénaires avant l'arrivée de l'islam sur la Terre. Allah se serait donc tu des millénaires avant de faire son apparition sur la scène des êtres humains au moment de la création de la religion monothéiste par les juifs. Il aurait laissé dans l'obscurité la plus crasse les Egyptiens et leurs dieux; les Grecs et leurs dieux; les Romains et leurs dieux; les Mayas et les Incas et leur dieu soleil; les Africains et leur animisme, cette âme qui anime la vie, les Indiens amérindiens, leur Grand Esprit et leur Terre Mère; les bouddhistes et leur nirvana; les adorateurs de Vishnu pour les Indiens d'Asie; etc. Autant de sociétés qui se sont construites avec d'autres croyances, d'autres totems, d'autres imaginaires sur l'au-delà... Mais Allah, ce paresseux endémique, n'avait pas daigné éclairé toutes ses foules sentimentales qui ont créé de grandes et belles Civilisations avant nous, des Civilisations disparues, certes, mais parce que l'Evolution a passé par là, le changement révolutionnaire, les guerres ont fait le reste.

Et là, tout soudain, l'Humanité s'arrête avec son Coran, le seul livre jamais écrit de la main d'Allah qui a décidé d'utiliser un nègre, son Prophète Muhammed, pour en faire le best-seller incontournable et mondial valable pour toutes et pour tous et pour tous les temps. Coluche aurait dit dans un sketch en salopette:

"C'est l'histoire tragi-comique d'un mec qui se prend pour Dieu et qui se met à transmettre aux Hommes son roman. Du coup, sa plume devient sacrée, c'est l'écrivain phare, immortel, qui aurait même effacé tous les académiciens, les immortels qui siègent à Paris, grâce à son roman magique s'il vivait à notre époque. Mais bon, le mec il a vécu au VIIème siècle.

Un sosie de ce mec, du nom de Jérôme, arrive chez Antoine Gallimard et dit à ce dernier. Ecoute Antoine, j'ai reçu la parole de Dieu et mon bouquin va te faire un pognon pas possible. Mais il y a une condition à ça. Tu effaces de tes rayons toute la concurrence qui me fait de l'ombre. Cela veut dire que tu brûles tous les livres hérétiques et que tu fais une promotion d'enfer à moi et mon livre. C'est quand même Allah qui écrit et faudrait surtout pas le fâcher parce que parfois il est assez nerveux et il lance des fatwas à travers la voie de ses fidèles gourous. Tiens justement, y'en a un actuellement qu'il faut brûler prioritairement parce qu'il pète sur moi. C'est un gars qui me fait trop d'ombre. Il s'appelle Kamel, Kamel Daoud. Si tu peux le sortir des étagères, ça m'arrangerait fichtrement parce que mon bouquin pourrait être contesté par ce fils de pute d'infidèle qui ne croit pas à ma sainte lecture à la virgule près. Et moi et mon bouquin, on s'est vraiment donné toute la peine du monde afin de faire croire à tous que même un point ou une virgule en moins dans mon livre, et c'est tout mon livre qui tombe, ma profession de foi qui s'évanouit dans la nature, et que moi je me retrouverais alors SDF à la rue, sans pognon pour vivre, sans femme pour me sucer, sans fidèles qui me servent. Moi qui ne travaille jamais, je serais mal vu des casseurs de lundi dernier qui ne veulent jamais travailler mais qui adorent se faire servir leur Mac Do hamburger après avoir fracassé la devanture du self-service. Enfin tu vois, même Allah et son Prophète, ont parfois de très mauvais goûts alimentaires et des comportements pathologiques. Tu m'a compris Antoine. Tu me vires tout ça, tous ces connards qui écrivent n'importe quoi, et tu me mets en place un plan com avec une stratégie parfaite, une mise en scène du diable. Moi, mon Néant, mes tapis d'Orient, mon encens, et mon liseur public qui distille ma bonne parole dans un mégaphone pour amplifier mon audience. Ahhh je vois ça. C'est tellement grand, énorme, génial. Je suis le dernier homme, celui qui a écrit pour tous, celui qui donne la parole de Dieu qui ne sera jamais contestée ni détruite. Je suis Dieu et j'en suis tellement fier. Mais Antoine, je t'en supplie, ne leur dit pas que je suis Dieu. Dis-leur juste que Dieu m'a parlé et que moi je suis son nègre, son soumis, son dévoué, son charlot, enfin bref, dis-leur que je m'efface devant sa Grandeur parce que sinon, si je dis que je suis Dieu ou le Fils de Dieu comme cet abruti de Jésus qui a cru qu'ils allaient gober, ils vont me lyncher ou me crucifier. Donc, changement radical de stratégie. Je suis le nègre de Dieu et je vais dominer la Terre entière avec mon Néant. Au fait Antoine, tu dégommes de tes étagères d'abord Sartre et son bouquin l'Etre et le Néant. Parce que l'Être c'est moi et le Néant aussi."

Voilà. Après ça, Coluche il peut prendre sa fatwa et sa mise à mort sur sa moto. Pan dans l'camion! Et on en parle plus. Allah, mais pourquoi donc ce camion?

http://www.francetvinfo.fr/monde/kamel-daoud-finaliste-du-prix-goncourt-menace-de-mort-apres-son-passage-chez-ruquier_775861.html

 

Les commentaires sont fermés.