30/06/2016

Comment Just Fontaine gagnait sa vie comme footballeur

C'était le plus grand joueur de football français des années 50. Il était presque l'égal du roi Pelé au niveau talent et génie footballistique. Il marquait quantité de but pour son pays et son club de foot. Il s'appelait Just Fontaine et il est resté dans toutes les mémoires françaises et au-delà des frontières de ce pays.

Le mec, soyons respectueux avec Coluche, il courrait comme un lapin de garenne et se donnait mille peines pour faire triompher son équipe. Le mec, il ne jouait pas sa diva. Il marquait. Autrement plus que les stars d'aujourd'hui. 8 buts au stade de l'Euro actuel, soit avant les quart de final. Et le mec, il prenait son sport pour ce qu'il est: un jeu doublé d'une envie débordante de gagner pour le fun et la gloire d'être célébré dans son pays. L'argent? Ah oui! Parlons-en de l'argent. Le mec, il se faisait un salaire de cadre moyen dans une banque, soit 3'000 euros par mois, ce qui donnerait environ 20'000 euros aujourd'hui. Et c'était un des joueurs de foot les mieux payés au monde...

On se met maintenant à philosopher sur la nature (in)humaine du néolibéralisme...parce que notre monde ne tourne plus rond...

1) Le ballon et l'équipement sportif. Qui les fabriquaient à cette époque? Nous supposons des fabriques européennes dont les ouvriers et ouvrières gagnaient approximativement 10 fois mois que Just. Et aujourd'hui? Le joueur Ronaldo a un contrat de sponsoring avec Nike à hauteur de 25 millions d'euros annuel. Ce n'est pas encore son salaire qui se chiffre lui aussi en dizaines de millions annuel. C'est juste son contrat de sponsoring. L'ouvrier vietnamien qui l'habille gagne 174 euros par mois, somme très inférieure au minimum vital pour ce pays. Et cela pour un célibataire sans enfant! Vous saurez tout ici: http://danactu-resistance.over-blog.com/2016/06/euro-2016-nike-et-adidas-des-salaires-toujours-plus-bas.html. On ne dit pas ici combien d'heures de travail par jour l'ouvrier est tenu d'effectuer. Probablement 12 heures et plus (au début des années 2000, des enfants fabriquaient encore les ballons en travaillant 15 heures par jour!).

2) Le rôle du football dans le monde a-t-il changé? Non. Le rôle du football est resté le même. Jeu d'intégration et de cohésion sociale, appelé aussi à être l'opium du peuple et divertissement mondial au moment où nos écrans nous offrent des matchs internationaux. Si ni le rôle ni le travail des footballeurs professionnels n'ont changé, qu'est qui justifie qu'un footballeur des années 50 valait mille fois moins qu'un footballeur d'aujourd'hui? La seule justification c'est le système qui s'est cosntruit autour des élites du monde dans tous les domaines, artistiques, économiques, politiques, et sportifs. Cette élite qui représente donc le 1% de toute la population mondiale. Le football international sert exclusivement cette élite et ne sert plus les peuples mais les étouffe.

3) Pourquoi l'ouvrier et l'ouvrière n'ont jamais réussi à gagner mille fois plus qu'un footballeur des années 50? Tout simplement parce que le système ne l'a pas permis. Notre système a choisi le mode de rémunération grâce à un grand patronat qui a décidé de tout en créant une bulle spéculative artificielle géante et globale où seule les élites culturelles, sportives, politiques,  et industrielles sont admises. C'est ainsi qu'un footballeur de talent ne met plus son talent au service du peuple qui l'admire mais à son service exclusif et au service de celles et ceux qui l'ont arraché au peuple pour en faire une marionnette du système (je ne vois rien, je ne dis rien, j'entends rien étant la clause secrète de son arrangement avec le système).

C'est exactement contre ce monde des privilèges que désormais la jeunesse française et européenne révoltée combat, que des aînés reprennent le goût à la résistance en voyant cette saine jeunesse dire non à ce système dans l'espoir de revenir à une vision plus juste de l'économie, du sport, des arts, et de l'entreprise.

Just Fontaine est vieux aujourd'hui. Il a, au passage, réussi sa transition dans le monde du commerce. Donc il est archi faux de prétendre que la carrière d'un footballeur est très courte ce qui justifierait ses gains astronomiques. La carrière d'un ouvrier, d'une ouvrière peut aussi être très courte. Combien de métiers la plupart des employé(e)s d'aujourd'hui doivent savoir pratiquer au fur et à mesure de l'évolution technologique? Et aucun ouvrier ou ouvrière ne bénéficie de l'aura d'un champion pour entreprendre et réussir sa reconversion professionnelle si cela est nécessaire. Aucun ouvrier ou ouvrière n'a jamais du être aussi flexible et précaire qu'aujourd'hui pour survivre et garder sa place de travail. Et pourtant aucun patron ne joue le jeu en payant grassement les horaires du soir, les stand-by souvent gratuits (dans la restauration, par exemple, ou un cuisinier en congé ne peut même plus s'offrir trois ou quatre jours à l'étranger parce qu'il doit rester de piquet au cas où un accident ou une maladie survient pour un collègue de travail. Cela sans salaire prévu comme dans l'aviation, par exemple, où les employés touchent 1/4 de leur salaire s'ils sont en position de stand-by). L'ouvrier est indispensable au bon fonctionnement de l'entreprise mais il ne participe jamais au bénéfice de l'entreprise.  L'ouvrier et l'ouvrière se sacrifient et sacrifient la vie de leur famille et au détriment de leur santé physique et psychique. Mais personne ne le reconnaît et ils triment en silence pour sauver la barque et donner un métier à leurs enfants.

Voilà la réalité actuelle. Et voilà pourquoi il y a des jeunes dans la rue, sur les places républicaines de France. Et voilà pourquoi je me tiens à 100% au côté de cette jeunesse en puisant ma philosophie dans l'esprit des années 50 et 60. Nous ne sommes pas du tout has been. Nous sommes le futur de l'humanité si celle-ci veut survivre, donner un avenir à nos enfants de toute la Terre, et non disparaître dans des guerres atroces provoquées par des politiques fascistes mondialisées organisées par nos gouvernements et nos élites.

 

 

Les commentaires sont fermés.