13/07/2016

Un été de résistance plutôt que de plaisance

Ah oui. Je suis comme vous tous. J'aime profiter de la vie et que la fête s'active durant les vacances. Je rêve comme vous de soirées romantiques fabuleuses avec une petite amie les cheveux au vent et le sourire aux lèvres devant un prodigieux couché de soleil.

Je suis très semblable à vous tous, les bourgeois. Je suis un être humain qui aime le luxe, le calme, et la volupté. Je ne crache pas sur un bon vin de pays ou haut de gamme. J'aime les bons petits bistrots et les lits d'hôtel confortables. J'aime ce qui devrait être normal dans un temps d'abondance où notre modernité, nos robots, crée des choses beaucoup plus vites que nous pourrions le faire avec nos mains. Hélas, plus nous nous modernisons, plus le facteur pauvreté, précarité, misère, augmente dans le monde. Même nous en Europe, nous ne sommes plus épargnés par les dérives de notre société hyper-libérale. Il y a une caste de très riches dans le monde entier qui n'a rien à voir avec une nation, une couleur de peau, une religion, ou une ethnie. Il y a juste une caste de milliardaires et de millionnaires de la société économique et financière globale qui décident de tout, des lois comme des guerres, des manières de vivre ou de penser la société.

Longtemps à l'abri, et malgré mon parcours personnel très chaotique qui aurait déjà pu porter un discours de combat radical, notre pays, la Suisse a semblé un havre de paix et de citoyenneté démocratique. C'est pourquoi, je ne me suis remis à lutter que sur le tard en pensant que tout ce qui m'arrivait de personnel était de ma faute exclusive en bon anarchiste solidaire de la société pensant souvent plus aux autres q'à moi-même quand il s'agit de partager.

Et puis, voilà. Je me suis retrouvé des ailes de jeunes hommes révolté au fur et à mesure de l'évolution catastrophique du monde. Espagne, Grèce, Portugal, Islande, se retrouvant si près de la catastrophe absolue, la crash boursier de 2008 et le risque d'un nouveau crash suite au Brexit qui guette des pays comme l'Italie, j'ai vu que des centaines de milliers d'autres personnes galéraient non pas forcément par leur faute, leur manque d'assiduité au travail, leur refus d'étudier et de travailler, mais surtout par la faute d'un système qui produit des dérives monstrueuses où les très riches se moquent du peuple avec un cynisme fabuleux.

Et puis les guerres, Irak, Libye, Syrie, où nous faisions semblant de croire au bon vouloir démocratique des sociétés occidentales, ont achevé ma croyance personnelle envers les régimes de l'hémisphère Nord dits démocratiques, Russie compris. Je ne crois plus un seul de nos gouvernements. Ils mentent tous et trop bien. Tout cela pour des intérêts économiques bien compris pour eux-mêmes et leur caste d'ultra-riches.

Voilà, je vous laisse tranquille sur vos transats à siroter vos mojitos. Vous le méritez sans doute. Mais n'oubliez jamais. Qui ne lutte pas dans sa vie pour un changement profond de société quand celle-ci dérape vers la dictature immonde devient complice de la dictature qu'on nous oblige à suivre de gré ou de force.

Un chant grec de combat pour la circonstance et pour accompagner vos soirées ensoleillées en terrasse...

 

Commentaires

@Pachakmac vous avez oublié l'essentiel ! pour sauver une société il faut déjà éradiquer tout ce qui est sectaire y compris les moyens pour mieux harponner les victimes
Et apprendre surtout à savoir se sauver soi même en gardant ses propres manières de penser et agir sans devoir toujours se référer à l'autres ou pour faire plaisir à d'autres
Et quand on voit tous ces abonnés aux réseaux anti sociaux et de plus en plus on se doute bien du nombre d'efforts psychologiques qui seront pain noir pour les abonnés afin de récupérer leur propre identité
La psychiatrie a encore de beaux jours et tout ceci au nom d'un monde fraternel vous parlez d'une plaisanterie mais très couteuse pour les viennent ensuite à moins que abonnés à la peur de mal faire ou dire ils soient tous enchainés à la Grande Pieuvre du mal ayant à sa tête de nombreux Lions ,favorisant du coup l'emploi d'armes de plus en plus sophistiquées pour mieux agir sur les cerveaux et sans se mouiller les mains comme un célèbre Romain
On est encore nombreux à remercier le ciel car jusqu'à 20 ans nous n'avions ni TV ni téléphone et nous ne nous portions pas plus mal c'était le temps ou hommes et femmes fraternisaient le temps d'un soir et ou personne n'y trouvait à redire chacun ayant compris que pour bien vivre il faut laisser l'autre vivre sa propre vie en ne cherchant jamais à le conditionner à cela ou ceci
Très belle journée

Écrit par : lovejoie | 14/07/2016

Les commentaires sont fermés.