17/07/2016

François Hollande et le fauteuil du roi Ubu

14 juillet 2016. La France fête en grande pompe le 14 juillet.

80% des festivités sont consacrées à l'armée et la police. Un show énorme avec neutralisation d'un groupe armé ennemi (cela pourrait-il être un effet intimidation et dissuasif contre des Zadistes partisans du Che Guevara près à changer de méthode d'engagement citoyen et pas loin de constituer une cellule violente révolutionnaire...à voir tellement Hollande a peur des Zadistes...) et récupération d'un otage imprévu. Des centaines de milliers de francs s'évanouissent dans la nature pour ce spectacle diffusé sur les chaînes de télévision nationales.

Le roi Ubu regarde défiler le cortège des militaires. Il s'agit en principe de montrer que la démocratie française est belle et vivante, forte de sa diversité sociale et culturelle. On pourrait imaginer un défilé haut en couleurs avec des artisans, des travailleurs sociaux, des infirmiers et des médecins, des sportifs, des écoliers et écolières, des étudiantes et étudiants, des personnes âgées. On pourrait voir un spectacle de celles et ceux qui constituent la France...y compris les migrants et migrantes arrivées de fraîche date.

Mais on voit quoi en réalité? Le défilé du complexe industriel militaire, digne d'une république bananière, digne de la Corée du Nord...ou presque. Le roi soleil est assis dans un fauteuil. C'est le seul a y avoir droit. Les autres huiles du pouvoir doivent se contenter de chaises.

Nous sommes où? En France, début XXIème siècle. Monsieur le Roi Ubu finira sa cavale du 14 juillet à Avignon pour montrer qu'il a aussi de la culture. Mais il reviendra en état d'urgence à l'Elysée parce qu'un inculte lui a gâché sa journée. 

J'avais, aujourd'hui, quatre poulets rôtis sur le coup de 13 heures entre mes mains, quatre poulets destinés à deux familles nombreuses, habitants provisoires de la cage zoologique de Jaurès. Je pensais aux centaines de milliers de francs jetés en spectacle militaire à la face des Français et Françaises, ce sauvetage d'une prétendue otage, cette actrice journaliste qui jouait l'otage, et ce mégashow national.

Mes quatre poulets m'ont coûté 20 euros (4 CRS, ça coûte plus cher) et m'ont rendu de magnifiques sourires reconnaissants d'enfants, de femmes, et d'hommes. Combien ces centaines de milliers d'euros dépenser pour ce 14 juillet 2016 auraient redonné d'espoir à ces damnés de la Terre s'ils avaient été utilisés là où ils auraient mérité d'être utilisés, Madame Anne Hidalgo?

Nous sommes en état d'urgence. Et je sais que l'état d'urgence pour ces migrants et migrantes se trouve provisoirement là à Jaurès.

Entre le roi Ubu et moi, il n'y a vraiment pas la même définition de l'état d'urgence.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/07/16/attentats-repenser-notre-rapport-au-monde_4970702_3212.html

 

Les commentaires sont fermés.