30/08/2016

Albert Einstein, heure de vérité sur l'enclume

Cher Albert Einstein,

 

C'est avec stupéfaction que je vous ai retrouvé sur les bords de l'Areuse à proximité immédiate d'une petite enclume.

C'est pourquoi je vous soumets à la question du Cantique des cantiques: Dieu depuis chez vous existe-t-il et parle-t-il de relativité complète ou restreinte avec vous?

C'est donc en photo que j'ai pu essayer de comprendre les états changeants corporels dus à la vitesse de la lumière et, tout en vous plaçant sur l'enclume, j'en ai conclu que vous pourriez aussi être une mulâtresse à vos heures perdues et que finalement la théorie de la relativité pouvait aussi bien s'appliquer à la spiritualité de nous autres humains. Si je suis chrétien, je peux tout aussi bien être bouddhiste, juif, musulman, et même athée parce que Dieu, dans sa modestie, n'a certainement pas le culte de sa personne.

Voilà. Je me permets de vous dire que vous nous manquez à tous ici sur cette Terre. Des génies comme vous et de cette qualité d'humanité il n'en naît malheureusement pas chaque minute mais il est aussi dit que la théorie du chaos participe de la construction du monde. Donc nous faisons bien partie du plan de Dieu qui veut que tendre vers la perfection doit s'acquérir petit à petit tout au long de la vie avec ses chutes et ses égarements et n'est pas innée de naissance. D'où cette nécessité de compassion pour les êtres faibles ou gagner par leurs faiblesses.

En espérant que Dieu vous soit d'une agréable compagnie et qu'il vous ait révélé son secret sur l'existence de la Lumière, je vous prie, cher Albert Einstein, de continuer à nous éblouir de votre science.

 

20160830_173014.JPG

Einstein et son nez quantique

 

20160830_173137.JPG

 

 

20160830_173304.JPG

La forme aquatique du savant

 

20160830_173809 (1).JPG

Il a retourné la botte, histoire de connaître l'autre part de la vérité.

 

20160830_173902.JPG

Concentration maximale pour changer de peau

 

20160830_201727.JPG

Einstein s'est fait mulâtresse pour reconnaître la relativité de sa propre pensée

 

 

Les commentaires sont fermés.