13/09/2016

Le 11 septembre d'Hillary...mais de l'Amérique aussi, peut-être

Hillary s'est effondrée comme une tour durant la cérémonie d'hommages aux victime du 11 septembre 2001.

Dans un monde de bisounours, nous nous tiendrons tous logiquement à la version officielle et probable: Hillary est atteinte dans sa santé physique. Ce qui peut avoir des conséquences sur sa santé mentale et son aptitude à gouverner l'Amérique. Le scénario idéal, et comme par pur hasard prophétique, préparé à l'avance par le camp Trump, l'autre tour jumelle de ces élections 2016, depuis quelques semaines.

En continuant d'extrapoler sur ce scénario correspondant au mode des bisounours, Hillary restera affaiblie physiquement, se désistera au profit de Bernie Sanders, son dauphin dans la course à l'investiture démocrate, et le magnat de la pierre Donald Trump se retrouvera alors confronter au "diable communiste" dont il dépeindra la muraille à satiété. L'Amérique devra alors choisir entre le Capital et Marx. Et comme l'Amérique c'est l'anti-marxisme, l'Amérique préférera encore se jeter dans les bras du sorcier Donald Trump. Les Républicains retrouveront alors un Président... Formidable pour eux!

Ce scénario idéal pour le lobby des armes mais pas que... n'est peut-être que le scénario officiel découlant du pur destin providentiel de l'Humanité. Mais comme l'Amérique me fait penser actuellement plus à l'Egypte des pharaons qu'à une authentique démocratie avec ce Donald Trump insolent et au-dessus de tous, on peut clairement imaginer que le monde des bisounours se voit largement disputer la vedette par le monde souterrain et les noirceurs assassines de ceux qui veulent absolument le pouvoir dans les hiérarchies dynastiques et pharaoniques...

Est-ce que ce 11 septembre tombe par pur hasard pour Hillary? Est-ce qu'elle n'aurait pas ingurgité une nourriture empoisonnée ou frôlé un homme ou une femme qui l'aurait piquée d'une minuscule seringue avec un produit indétectable mais suffisamment nocif, mais pas assez toxique pour la tuer net, afin de la faire vaciller ce jour-là et les jours suivants, voir les semaines, et les mois à venir?

La théorie du complot n'est bien sûr pas la plus vraisemblable. Mais quand même. Un Donald Trump admiratif de Vladimir Poutine et réciproquement. Un jour symbolique représentant la chute de l'Amérique mais aussi la renaissance de ses cendres tel le phénix que Donald Trump, constructeur de tours géantes, veut absolument incarner, et cette formule sibylline utilisée par Donald Trump souhaitant à son adversaire de revenir vite dans la compétition en espérant qu'elle soit présente pour leur premier débat en face à face dans deux semaines rappelle trop bien la façon de parler de Vladimir Poutine quand un dissident ou une dissidente a été éliminé(e) de façon plus ou moins discrète.

Sans accuser le clan Trump d'une forfaiture qui serait catastrophique pour l'Amérique, on peut tout de même se poser la question. Le pur hasard fait vraiment très bien les choses pour le camp républicain.

Si les deux tours s'effondrent, il restera toujours deux candidats. Mais lesquels et dans quelle atmosphère irrespirable pour l'Amérique? Bernie Sanders serait-il alors si infréquentable pour les Américains et Américaines?

Affaire à suivre...

 

"C'est le regret pour un Sud qui n'existe plus et les forces qui l'ont détruit qui inspirent mon écriture. Le Sud avait un mode de vie dont je me rappelle à peine: une culture faite de grâce et d'élégance, pas une société qui repose sur l'argent, comme c'est le cas dans le Nord. J'écris sur le Sud car je pense que la guerre entre le romantisme et ce qui lui est hostile y est particulièrement dure.
It is out of regret for a South that no longer exists that I write of the forces that have destroyed it. The South had a way of life that I am just old enough to remember - a culture that had grace, elegance, not a society based on money, as in the North. I write about the South because I think the war between romanticism and the hostility to it is very sharp there."

"Où je vis" Tennessee Williams

 

 

Les commentaires sont fermés.