15/09/2016

La clef des (men)songes

La créativité me dévore. Comme une fleur carnivore, elle me bouffe l'esprit et le temps. Je n'ai plus de temps à disposition. Je n'ai que le jour et la nuit remplient de mes songes. L'art est une nécessité; pas un divertissement. 

J'aimerais regagner le temps perdu que je n'aurai plus pour une vie amoureuse et des enfants. J'aimerais une femme assez amoureuse pour me dire: "Si tu veux me garder, il faut t'assagir et t'occuper un peu de moi parce qu'une vie à deux c'est très important". Mais je n'ai pas cette compagne idéale. Alors je continue à utiliser la clef de mes songes pour ne pas tomber au sol, abandonner la partie, céder à la dépression et faire comme un de ces gars ou une de ces filles qui s'alcoolise dans les bistrots pour oublier sa propre vie qui n'a pas bien réussi.

J'ai besoin de cette créativité à chaque instant pour avancer encore dans la vie malgré la solitude effarante qui m'est tombée dessus il y a déjà 12 ans. C'était en septembre. Juste après avoir fêté les 8 ans de mon fils. Aujourd'hui, il vient de fêter ses 20 printemps il y a quelques jours.

L'art est un venin mortel. Au début, tu crois qu'il va te faire découvrir la vraie liberté et progresser dans la vie. Mais en réalité l'art t'isole du reste du monde parce que tu rentres dans ta bulle et tandis que tu progresses tout seul, l'autre, celle que tu aimes, s'en tient à sa petite vie quotidienne, son conformisme qui ne pose jamais de question. Au début, ce n'est pas trop grave. Puis tu décolles tout doucement sans t'en apercevoir. Tu quittes la pesanteur terrestre et ce qui était très important avant le devient moins. Peu à peu, un détachement au monde matériel te gagne et une famille c'est aussi un besoin de confort matériel et d'évasions balnéaires ou montagneuses... Tu t'envoles et tu t'éloignes d'elle, de tes propres enfants qui ne comprennent pas ce papa dans la lune qui semble vraiment ailleurs et parti sur une autre planète.

Quand le venin t'a mordu, tu as signé ton arrêt de mort à une vie banale pour entrer dans l'existence des vies absolument uniques qui conduisent à l'au-delà, dans le monde des songes. C'est le privilège de l'artiste. C'est aussi son désastre.

Cette oeuvre est dédiée à ma famille, mes enfants, mes ex-compagnes, à celle que j'aime aujourd'hui, aux gens que j'aime et qui m'aiment et que je ne connais pas ou trop peu.

 

 

 

20160915_090053 (1).JPG

 

 

 

20160915_090523.JPG

 

 

20160915_090111.JPG

 

 

 

20160915_090546.JPG

 

 

 

20160915_090204.JPG

 

 

 

20160915_090605.JPG

 

 

 

20160915_090224.JPG

 

 

 

20160915_090618.JPG

Les commentaires sont fermés.