07/10/2016

La Fée Verte, fille de rouille et de joie

C'était un travailleur de fer qui haïssait la modernité et les chemins de fer qui imposaient des balafres cruelles aux paysages mélancoliques et rendaient les hommes plus pauvres et plus alcooliques encore.

C'était un homme qui ne trouvait jamais sa voie et qui se trouvait garbage dans une sorte de garage sans issue. Il fouillait sa vie comme un chiffonnier fouille les poubelles pour trouver sa plus  belle.

Et puis un jour, il a trouvé. Sans jamais rien vendre à personne, sauf une toile à une femme. Il est mort plus pauvre que les pauvres. Il est mort plus fou que les fous. Mais il a donné tout à son humanité et à l'Humanité.

Il s'appelait Vincent Van Gogh, Monsieur Vincent comme il se plaisait à dire.

"Voilà exactement la métamorphose à laquelle j'aspirais arriver. Dans ma jeunesse, mon aspect trahissait l'intellectuel surmené, à présent j'ai l'air d'un batelier qui manipule de la ferraille."

 Extrait tiré de: "Manifeste incertain 5, Frédéric Pajak, Les éditions noir sur blanc

 

 

 

 

 

 

2016-07-30 08.02.0999999.png

 

 

 

 

 

 

2016-07-30 08.02.09999999.png

 

 

 

 

 

2016-07-30 08.02.099999999.png

La Fée Verte, fille de rouille et de joie

Les commentaires sont fermés.