12/10/2016

Donald Trump c'est le Galaxy Note 7 de la présidence américaine

Il avait l'air si parfait ce milliardaire, le Donald. Une femme splendide, en prime, pour affirmer son statut de mec alpha, une Success Story comme entrepreneur et constructeur de tours géantes.

Et puis la perfection n'existe pas sur la planète Terre au niveau des humains. Il y a toujours quelque chose qui cloche. Un rien peu jeter une ombre terrifiante sur le succès acquis.

Le Donald n'aurait jamais du dépasser son plafond de verre. Il n'a jamais été fait pour devenir Président des Etats-Unis. C'est sa vanité et son ego qui ont cru que les milliards et des blagues de soldats à la cantine aussi vulgaires que le personnage lui-même pourraient le conduire au sommet du monde politique.

Il va exploser comme une baudruche de plus en plus courroucée et énervée par la situation défavorable. Il va encore commettre moult erreurs et le parti Républicain pourra se mordre les doigts de l'avoir finalement investi de cette mission impossible pour lui malgré tous les avertissements bien intentionnés de simples citoyens observateurs du comportement invraisemblable de ce bouffon de la politique.

Sauf si l'Amérique vote majoritairement au-dessous de la ceinture et se condamne à une catastrophe imminente pour elle, Donald Trump ne sera jamais le 45ème président des Etats-Unis. Quoi de mieux qu'une femme présidente pour boucler définitivement la bouche d'un misogyne trop imbu de lui-même et de ses performances au lit?

Hillary a ses défauts. Mais comparée au Donald, elle, c'est Rosetta ressuscitée en mission sauvetage de la démocratie mondiale et lui c'est le Galaxy Note 7, la folie de vouloir réduire la planète à un consortium de milliardaires Blancs et d'aller jusqu'au lancement d'une bombe atomique pour exterminer la misère du monde de façon radicalement noire et funèbre.

Il n'y a pas photo. Entre une femme très expérimentée et un personnage grotesque prêt à s'enflammer et à enflammer le monde, il n'y a qu'un seul choix possible par la faute des Républicains.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.