19/10/2016

Obama parle politique, Trump utilise Pipileaks

Vous savez quoi. Je vais vous dire. Un Président ment parfois par omission ou pour de vrai au peuple.

Il arrive même qu'un Président ne soit pas complètement transparent sur la stratégie adoptée par lui et ses plus proches conseillers et conseillères. Un Président ce n'est pas un type normal qui parle de sa vie et de ses projets qui n'aboutiront jamais au café du commerce avec toute la compagnie créole qui ira colporter ses propos plus loin, le plus souvent déformés par les personnes témoins qui ont recueilli les confidences sous l'effet de l'alcool.

Un Président ça dit des choses sérieuses au peuple. Et parfois ça rigole avec le peuple mais avec une certaine finesse et hauteur dans l'humour.

Un Président, en Suisse, c'est symbolique mais c'est quand même un Président. Et il lui arrive de devoir être schizophrène en faveur de la cause de la majorité du Gouvernement qui se prononce différemment sur un sujet. Un Président défendra la position du Conseil fédéral alors que lui-même pense différemment. Il se soumet donc à la démocratie et accepte de porter le projet confédéral dans le seul soucis de reconnaître aux majoritaires le droit de prendre position différemment que le Président.

Un Président, et pourquoi pas enfin une Présidente, aux Etats-Unis, doit faire le job pour le peuple et non pour lui-même. Il doit même penser le job pour les peuples de la Terre entière parce que telle est notre Civilisation d'aujourd'hui qui sait développer et se développera encore sur le leadership américain même si nous ne l'aimons pas toujours et le détestons parfois. Parce que la démocratie a sa base principale aux Etats-Unis. Et c'est comme ça même si on peut regretter que l'Europe n'a pas su garder le leadership en Europe par la faute des deux guerres mondiales qu'elle a vécu et provoquées par des leaders mégalomaniaques tels qu'une certaine Amérique un peu folle voudrait mettre sur le trône aujourd'hui pour son plus grand malheur futur et le nôtre.

Un Président qui a de l'autorité n'utilise pas les potins de la presse de boulevard ou les petits secrets soulevés par des journalistes pour déstabiliser son adversaire aux élections. Il parle politique et tente d'expliquer pourquoi un chef ne peut pas déraper de telle ou telle façon s'il aspire à diriger la plus grande démocratie du monde. Le Président qui a de l'honneur ne fera jamais du Pipileaks et ne fouillera pas dans les e-mails de son adversaire. Il montrera simplement, par ses compétences personnelles, qu'il est plus apte à diriger la nation.

Et c'est ainsi qu'un grand Président rentre dans l'Histoire d'une nation telle que l'Amérique. Et malgré la guerre et les crimes commis par les troupes américaines en terres étrangères, le commandant en chef Barack Obama restera dans l'Histoire comme un homme qui a changé l'Amérique, lui et sa First Lady de femme Michelle tellement convaincante qu'elle donne encore plus de poids à la Présidence de son mari.

 

Les commentaires sont fermés.