20/10/2016

Monsieur Trump, la Maison-Blanche n'est pas un trophée!

Il se veut couronner et roi du monde car il le mérite. C'est psychologiquement et principalement ce que recherche Donald Trump dans cette élection présidentielle.

Il s'est lancé un défi et quand Donald Trump se lance un défi c'est pour la victoire totale et l'obtention du premier prix qui va avec.

Donald Trump c'est le Jimmy Connors de la politique américaine mais en beaucoup moins bien et beaucoup trop dangereux pour la planète Terre. On le regarde comme un ogre avec un mental d'enfant pourri-gâté. Il nous insupporte dans ses déclarations sur les femmes et les gens qui ne sont pas blanc de peau et Américains pure souche. Il regarde le bureau ovale comme le prix ultime à recevoir pour sa grandeur et son goût toujours plus prononcé pour obtenir tout ce qu'il veut de n'importe qui, peuple américain compris.

Mais Monsieur Trump, là il faut vous dire STOP! Vous n'êtes pas engagé dans un combat de tennis ultime avec jeu, set, et match à la fin. D'ailleurs vous n'affrontez pas, en tant que macho patenté, un homme mais bien une femme qui, je l'espère, ne se comportera pas en homme une fois installée à la Maison-Blanche. Vous affrontez et engagez le destin futur de l'Amérique mais  aussi du monde entier. Et ce n'est pas votre victoire qui compte c'est le sort des citoyens et citoyennes qui est en jeu comme à chaque élection présidentielle car seul le Président de l'Amérique peut au final dire oui ou non à une guerre militaire et accessoirement déclencher le feu nucléaire sur des populations. Ce n'est pas du tennis la politique interne et externe de l'Amérique. C'est de la diplomatie intensive et parfois explosive comme de la nitroglycérine. Ce qui implique une conscience et une compétence morale politique de quantité de personnes de votre entourage et de l'entourage de votre adversaire futur, disons Vladimir Poutine à tout hasard puisque vous semblez particulièrement aimer le personnage qui vous le rend bien...pour le moment.

Hors si vous ne respectez pas le résultat en cas de défaite le 8 novembre c'est que vous ne respectez pas la démocratie mais souhaitez la dictature, votre dictature. Et un dictateur au sommet de l'Amérique c'est tout simplement la fin de l'Amérique. Le désastre est programmé. Parce que si vous obtenez votre "trophée" du peuple américain, vous irez encore chasser le lion sur des terres étrangères juste pour le besoin que vous avez de montrer que vous êtes le plus fort, le plus beau, le plus grand de tous les temps. Comme n'importe quel dictateur sur notre planète mais avec la plus grande et la plus puissante armée du monde sous votre direction...

Monsieur Trump, vous regardez l'Amérique comme une femme qu'il faut mettre dans son lit. Dédain et mépris seront votre réponse si le peuple d'Amérique ne vous accorde pas sa confiance. Vous porterez encore davantage vos accusations sur le camp démocrate et les médias qui auront faussé les élections et influencé en votre défaveur l'électorat, en particulier l'électorat féminin. Hors ce sont vos agissements et vos propres mots qui auront agi négativement contre vous. Parce qu'Hillary Clinton n'était pas imbattable puisque terriblement fragilisée par les câbles de WikiLeaks qui a dérobé tous ses e-mails perso et professionnels. Pas très jojo mais bon le journalisme ne fait pas toujours dans la dentelle pour obtenir ce qu'il veut. Une Hillary Clinton qui n'a pas non plus le charisme de Barack Obama ni surtout de son épouse Michelle mais qui se bat au sommet de la politique depuis si longtemps. Une Hillary Clinton qui est une femme redoutable méritant au final de prendre les rennes de l'Amérique sur ses compétences intellectuelles et morales. Et ce sont exactement ses choses qui vous manquent pour remporter cette victoire tant recherchée.

Parce que si en tennis un mec peut se la jouer arrogant et tout-puissant en remportant tous ses matchs sous les sifflets d'un public ne l'aimant pas trop à cause de ses pitreries répétitives et pas du meilleur goût, la politique a besoin d'un homme ou d'une femme respecté(e) et apprécié(e) de son électorat y compris celles et ceux qui n'auront pas voté pour lui ou elle. Le spectateur ou la spectatrice paie pour voir un match de tennis. L'électeur ou l'électrice ne paie pas pour élire son ou sa présidente malgré les centaines de millions de dollars engagés dans la campagne présidentielle. Il et elle analyse celui ou celle qui est vraiment capable de mener à bon port le continent Amérique sans s'empêtrer dans une apocalypse nucléaire.

Monsieur Donald Trump, la Maison-Blanche n'est pas un trophée. C'est un lieu de pouvoir où se dessine l'avenir ou la destruction de l'Humanité.

 

 

Les commentaires sont fermés.