21/10/2016

Le droit d'être à la fois en colère et d'avoir peur

Le peuple est en colère. Il suspendrait bien à un croc de boucher toutes les élites corrompues qui plongent le peuple dans le désarroi, la pauvreté, et l'abandon? Il a raison d'être en colère. L'état du monde et de nos démocratie n'est pas des plus reluisant. Nul besoin de citer de nom. On pourrait mettre tous nos dirigeants dans le même sac tant les collusions avec les milieux de la finance, leurs arrangements sur le dos du peuple, leur manque de volonté de donner plus de pouvoir au prolétariat au profit des bénéfices mirifiques des grands groupes internationaux ne payant même pas d'impôts ou trop peu, leur narcissisme et leur obsessions des sondages et de leur réélection, et tout le reste, sont détestables aux yeux du simple ouvrier ou de la simple ouvrière.

Peut-on dire oui à Hillary Clinton alors que le coeur dit non? Peut-on dire non à Donald Trump alors que la rage et la colère nous ferait peut-être dire oui à un type qui a soulevé le couvercle de la peste démocratique falsifiée?

Je le dis avec ma conscience d'homme du peuple qui a subi bien des revers dans sa vie et un oubli total de la part de celles et ceux qui nous dirigent, médias compris. Il ne faut pas dire oui à Donald Trump sous l'effet de la colère et de la rage. C'est exactement ce qu'à fait le peuple allemand avec Adolf Hitler. Il est préférable de ce méfier absolument de ce formidable bateleur, escroc, mégalomane, misogyne et ouvertement contre les minorités, les faibles, les handicapés, les gens qui ne cadrent pas et ne rentrent pas dans son système d'honneur, de valeurs, et de respect à lui. Je le dis avec honnêteté et sincérité. Cet homme est le plus grand danger pour nos démocraties que nous n'avons plus connu depuis Adolf Hitler. Je ne peux pas croire que cet homme changerait l'Amérique en bien vu ses bas instincts. sa brutalité, son absence d'empathie et son méganarcissisme. Donald n'est pas le représentant de la démocratie. Il est un roi, un mafieux, un dictateur qui imposera sa ligne à tous et toutes. Et il ira jusqu'au crime pour parvenir à garder le contrôle du pouvoir puisqu'il s'auto-déclarera sous impunité présidentielle quoiqu'il fasse et fera en sorte que la Justice soit à sa botte comme dans n'importe quelle dictature du monde.

La peur est donc préférable à la colère et à la rage. Cela ne veut pas dire que le peuple doit fermer sa gueule et laisser continuer le délabrement de nos démocraties. Mais au lieu d'élire des gens qui en ont forcément dans le porte-monnaie et qui dirigent avec un cerveau branché exclusivement sur les affaires commerciales, élisons des gens qui ont un cerveau et un coeur qui bat vraiment pour le peuple. Une Michelle Obama et son Barack de mari, en exemple pour la suite de nos démocraties en marche vers un nouveau monde ou vers un désastre planétaire final.

A quelque deux semaines d'un vote crucial pour l'Amérique et le monde, je m'impose désormais le silence afin que chacun et chacune méditent sur son choix personnel. L'Amérique n'est pas un pays dans lequel j'ai le droit de vote. Mon intention était donc de donner mon avis et de décrypter le personnage Trump afin que le peuple américain ne se fasse pas entuber par un homme certes charmeur et vulgaire mais ô combien dangereux pour diriger la première puissance du monde.

Si malgré cela, Trump l'emporte quand même, l'Amérique se fera entuber en connaissance de cause...

Chère Américaines et Américains, n'oubliez pas l'effet nazillon au moment de déposer votre bulletin de vote.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.