27/10/2016

Si Monsieur T perd le 8, Monsieur Joe Walsch prend son mousquet le 9...

Et il conclut son tweet par un: "Vous en êtes?"


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/10/27/presidentielle-americaine-j-12-clinton-met-sur-pied-une-armee-de-campagne-pour-le-jour-du-vote_5020948_829254.html#X8yTgXO6gFg2KlQJ.99

L'insurrection civile est programmée et promise par les fidèles de Monsieur T. Désobéir à l'ordre démocratique et obéir à un très probable tyran s'il parvenait à prendre le pouvoir par les armes...ou démocratiquement le 8 novembre 2016.

Des femmes et des hommes sont prêts à défier l'ordre démocratique de l'Amérique en cas de défaite de leur favori. En Allemagne de la République de Weimar, les intimidations et les provocations furent très nombreuses avant la prise de pouvoir par les nazis. Thomas Mann et Stefan Zweig, parmi tant d'autres intellectuels et artistes, n'eurent que le chemin de l'exil pour survivre malgré leurs nombreux avertissements au peuple allemand. Stefan Zweig, exilé au Brésil, finit par quitter l'écriture et la vie de désespoir devant l'échec de son oeuvre impuissante à combattre le mal nazi.

N'avons-nous toujours rien appris presque 100 ans plus tard sur les populismes et les sauveurs opportunistes qui s'emparent du pouvoir? 

"Ma patrie spirituelle, l’Europe, s’est anéantie elle-même. Il fallait à soixante ans des forces exceptionnelles pour tout recommencer à nouveau et les miennes sont épuisées par des années d’errance sans patrie. Aussi, je juge préférable de mettre fin, à temps et la tête haute, à une vie pour laquelle le travail intellectuel a toujours représenté la joie la plus pure et la liberté individuelle le bien suprême sur cette terre."

Lettre d’adieu de Stefan Zweig, 1942, extrait traduit de l'allemand par Serge Niemetz.

Si je quitte mon travail d'écriture en cas de victoire de Monsieur T, en serez-vous aussi? La plume qui vous tombe des mains plutôt que la main qui se saisit du colt. C'est là le dernier acte de révolte non-violent devant la montée du fascisme. Après, s'il faut prendre l'arme un jour pour défendre les miens dans un chaos indescriptible provoqué par les tyrans du monde, je m'y résoudrai. J'ai peu de goût pour le suicide mais beaucoup de goût à l'amour des miens, assez pour les défendre contre les fachos et les cons qui vendent leur âme à des tyrans.

Hillary Clinton n'est pas une femme parfaite (ça n'existe pas, les gars qui rêvent du parfait Monsieur T) mais elle n'a pas de tendances tyranniques. Et c'est une femme qui a connu des moments très difficiles, privés comme politiques, dans sa vie. Cela me suffit à lui accorder un peu de confiance dans sa façon de travailler une fois au pouvoir. L'abandonner et lui préférer Donald Trump c'est préférer un monde qui s'enfoncera de plus en plus dans les ténèbres à un monde qui se donnera une vraie chance de sortir par le haut des turbulences mondiales actuelles et construire une démocratie plus solidaire et plus fraternelle sur la planète Terre.

 

Les commentaires sont fermés.