27/10/2016

US Vote: quand tu déposeras ton as

 

Quand tu déposeras ton vote

ce sera un cri d'alarme dans l'urne

poussé contre la bêtise,

la brutalité, la violence,

l'égoïsme, l'ignorance,

exercée contre les plus faibles,

les femmes, les exclus,

les chômeurs, les handicapés,

les sans pouvoir,

les sans abris,

celles et ceux qui ne profitent

jamais des bienfaits de la démocratie

mais qui se taisent,

ne se révoltent pas,

se laissent même mourir

pour ne pas tuer par haine

d'un système qui les a ignorés

ou d'un homme qui les a humiliés,

d'un groupe qui les as chassés,

d'un patron qui les a surexploités.

 

Quand tu déposeras ton vote

sers toi de ton as et pas de ton ass

pour gagner une grande victoire,

pour crier et dire au système

que tu veux que le monde change en bien

et non en plus mal qu'aujourd'hui,

en plus laid encore,

en plus putain, en plus salaud.

Un monde sexy et terriblement sensuel,

un monde où chacun et chacune

trouvera sa place sans devoir se soumettre

au système carnassier,

aux prédateurs en tous genres,

aux milliardaires sans morale,

sans coeur, et profondément cyniques.

 

Quand tu déposeras ton as,

le dernier que tu jetteras sur le tapis

pour faire sauter le poker menteur

d'un homme qui a bâti sa puissance

sur le mépris des femmes et des plus faibles,

pense un peu que la démocratie

est un mouvement global et planétaire

et non l'appartenance d'une nation unique,

d'un pays, d'une société.

 

Quand tu déposeras ton as

avec la fierté de celle qui compte,

avec le coeur de celui qui a fait ses comptes

et qui rêvent encore d'un nouveau conte de fée

avec un amour solide, profond, et fiable

qui ne trahira pas pour un oui ou pour un non,

pour un amour qui ne se servira pas de ton nom,

de ta réputation, de tes avantages,

pour te marcher dessus

et monter plus haut,

pense un peu à moi,

un tout petit peu à moi

qui ne peut pas voter comme toi

dans ce moment très important

pour le destin de l'Amérique.

 

Quand tu déposeras ton as

j'aurai alors mon ass au travail

qui se fatiguera comme d'habitude

à servir une bonne soupe,

un bon plat sans chichi

mais fait avec la rage et la passion

de celui qu'on a laissé dans l'underground,

dans le garbage de l'histoire,

pour des histoires de cul,

pour une liberté sexuelle

qui a scandalisé au point

de le mettre sur la touche

alors qu'il n'en a pas fait

le centième câlin

de toutes les histoires de cul

de Rocco Siffredi

mais qu'il en a fait un enjeu politique,

poétique, médiatique,

humain, et personnel

absolument majeur

pour arriver à écrire

tout ce qu'il écrit aujourd'hui.

 

"Notre société tue tout ce qui tente de se développer de manière naturelle et spontanée. Chaque secteur de la vie est le théâtre d'une lutte sans merci, d'ou seul émerge notre petit ego. Mériter le respect uniquement pour son argent est le nouveau racisme. Je ne suis pas sociologue, mais j'ai une bonne mémoire. Je ne voudrais pas pour autant paraître nostalgique, mais je me souviens bien qu'il y a vingt-cinq ans, l'égoïsme n'était pas aussi généralisé, les gens étaient plus généreux et surtout bien moins stressés.
Je m'ennuie dans un monde qui pense en série, ou tout le monde doit être performant et vivre au même rythme. L'humanité me plaisait beaucoup plus quand, d'homme à homme, chacun pouvait se distinguer par sa singularité."

Rocco Siffredi

 

N.B. Un vote démocratique qui s'achète n'est pas un vote démocratique mais un vote corrompu par la puissance du fric. Vous pouvez mettre encore plus de millions sur la table, Monsieur T. Si la majorité d'Américains et d'Américaines soutiennent et idéalisent la liberté de pensée et la liberté d'expression avant le pouvoir de l'argent, vous ne passerez pas. Dans le cas contraire, je n'ose imaginer le monde sous votre présidence et je cesserai alors d'écrire. Le silence total deviendra préférable à user de son opinion dans le vide sidéral d'une société de consommation qui se perdra à jamais.

 

Les commentaires sont fermés.