08/11/2016

Sans stars ni paillettes, Monsieur T n'est plus que le Dark Vador de l'Amérique

Annoncera-t-il sa défaite avec fair-play...ou résistera-t-il à sa non-élection? 

Rejeté de l'establishment (qui le prenait seulement pour un clown mi-lubrique mi-fabuleusement riche), des médias (après avoir été leur chouchou), des stars (après avoir été le bienvenu), Monsieur T risque de se retrouver seul au monde...avec son armée de supporteurs et de supportrices qui hurleront avec lui contre une élection truquée et pervertie par le "tout sauf Trump".

Continuera-t-il sa descente vers les abysses de l'obscurité ou choisira-t-il la rédemption et le retour à des sentiments moins haineux et plus aimable pour celle qui sera aussi sa présidente pour au moins 4 ans?

Il a dit être plus populaire que Jay-Z et Beyoncé (en oubliant au passage de mentionner que pour faire couple, il fallait y associer Mélanie Trump, son épouse...).

Il a dit qu'il ne reconnaîtra pas les résultats qui seront sans doute contre lui (si c'est le contraire, Hillary l'acceptera malgré la peur qui s'emparera de toute l'Amérique consciente de ses responsabilités mondiales).

Il ne voulait pas des stars dans son camp pour tracer son chemin. A-t-il oublié qu'on ne fait pas de la lumière sans soleil et que les spots artificiels des médias ne sont pas la vraie lumière universelle qui pose son homme sur la Lune ou sur Mars après une conquête spatiale extraordinaire?

Au pays de l'homme qui a marché sur la lune, il n'aurait pas du snober les "élites" de tous les milieux. Parce que si les "élites" sont mal aimées du peuple pour leur supposée corruption, il y a aussi parmi les "élites" des êtres magiques et magnifiques qui rayonnent d'humanité et de bonheur de vivre.

Alors Donald Trump a fait tout faux. On ne fait pas manger tous les Américains et Américaines à la table de Dark Vador. L'Amérique a compris son jeu et ne veut pas de celui qui menace la sécurité, l'union, la liberté, l'égalité homme-femme, la cohésion, d'un des peuples les plus multiculturels au monde. Il gardera sa capacité de nuisance en entraînant les nombreuses foules captives de ses hallucinations dans sa rhétorique raciale, sexiste, fasciste mais il n'aura jamais l'Amérique par la chatte.

A demain matin, pour la victoire d'Hillary Clinton.

 

 

Les commentaires sont fermés.