22/11/2016

L'identité heureuse et ouverte contre l'identité peureuse et barricadée

Telle est l'image choque que l'on peut donner au deuxième tour crucial de la Droite française.

Juppé et son identité heureuse se heurte frontalement à une identité réactionnaire, frustrée, absente des lieux de pouvoir qu'elle croit retrouver et réincarner en la personne de François Fillon, l'ultra-libéral, le défenseur des riches d'abord...la piétaille ensuite.

On se croirait presque en Amérique avec la victoire de Donald Trump sauf qu'il ne faut pas faire injure à François Fillon. Ce dernier est nettement plus classe et cultivé que l'Américain et il ne fait pas jouer de ses milliards personnels pour convaincre les Français et les Françaises et les rameuter à sa cause.

Mais voilà. Pour le reste Donald Trump est un néolibéral en tenue de camouflage qui veut protéger l'industrie américaine mais qui commerce avec le monde entier. Et François Fillon est un autre néolibéral qui pense à la fois redonner du travail aux Français et garder des règles mondiales de libre-échange. Cela sonne un peu trop faux quand on connaît les règles du néolibéralisme qui n'a, jusqu'à présent, fait confiance qu'aux profits dégagés avec le coût de la main d'oeuvre la plus basse pour les petites mains qui n'ont pas besoin d'être hautement formées...Sans frontière est le monde néolibéral. Mais sans frontière et sans penser aux fracas économiques qui touchent les plus faibles dans le monde entier.

François Fillon va-t-il rouvrir les mines de charbon et les aciéries françaises au détriment de la compétitivité de la France et des énergies vertes? Que fera François Fillon du demi-million de futurs chômeurs et chômeuses de l'administration et emplois publics qu'il pense peut-être recycler dans un programme unique cher à la Gauche qui est le revenu de base pour tous et pour la vie entière? On veut bien que l'administration dégraisse quand cela est excessif mais il faut aussi réfléchir à la façon de donner de l'emploi à ses gens. Est-ce que le privé peut absorber d'un coup 500'000 chômeurs de plus? Et combien de manifs syndicales dans la rue pour bloquer cela? Et combien de tension entre manifestants et CRS alors que les budgets de la police et de la sécurité, peut-être de l'armée, seront renforcés tandis que les dépenses sociales seront à nouveau rognées à une échelle massive?

François Fillon ce sera du Sarkozy ++ sans Sarkozy. Il faut que la France le sache. Mieux policée, plus hypocrite, moins clivante, la proposition Fillon surfe sur la peur et la crispation du petit peuple et le désir, pour les nantis, d'être protégés et assurés de leurs rentes futures.

En face, Alain Juppé, mais plus encore NKM, ont un vrai projet novateur pour la France qui n'a quasi plus rien à voir avec la Sarkozie. Cette France-là veut sortir par le haut, par l'enthousiasme, la volonté d'innover et d'aider à trouver des solutions pour le plus grand nombre possible de citoyens et citoyennes qui se sentent pour le moment largués durablement par le système. L'utopie est belle. Et le monde a plus besoin d'utopie positive que de peur réelle ou fantasmée pour sortir de l'ornière dans laquelle il glisse de plus en plus.

Faut-il rejoindre François Fillon la Rigueur ou Alain Juppé l'Explorateur? Pour celles et ceux qui sont partant pour une belle aventure, ils et elles connaissent celui qui est le plus apte à prendre ses distances avec cette France crispante qui fait du surplace et devient dépressive.

François Fillon a sans doute de belles qualités de coeur et une fermeté morale digne du Général de Gaulle. Mais est-il vraiment le bon choix pour la France de 2016? 1950, c'est si loin déjà...et le fascisme nous guette prêt à bondir sur les peurs provoquées par un pouvoir rigide et incapable de faire de vraies réformes favorables au plus grand nombre et pas seulement à la caste des dirigeants et des entrepreneurs.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.