25/11/2016

François Fillon ne connaît pas la fachosphère

On peut être un grand politicien et vivre dans sa bulle!

Si François Fillon a reconnu, pour s'exonérer de ne pas avoir pris position, ne pas connaître la fachosphère et des mouvements tels que Riposte Laïque qui ont dégommé Alain pour en faire Ali Juppé, il ne connaît peut-être pas non plus la rue et les citoyens et citoyennes qui ont tenu le pavé sous la présidence Hollande et qui ne faisaient pas partie du club des ultra-cathos. Soit celles et ceux qui ne sont pas d'accord avec les dérives fascistes d'une certaine France, y compris chez les socialistes, et la stigmatisation des communautés venues d'autres horizons que la France de souche.

Mais il apprendra... Il a le soutien de ces droites extrêmes qui ne lui rendront pas service. C'est un fait. Pas un fantasme caricatural. Car ces droites extrêmes veulent jouer gagnant-gagnant en cas d'affrontement Le Pen - Fillon. A force de ne pas regarder sur sa gauche et de ne pas voir la droite de la droite sur son écran d'ordinateur, François Fillon risque de se faire tamponner des deux bords et se faire écrabouiller au milieu de sa piste présidentielle. En plus, s'il regarde dans le rétroviseur de l'Histoire en voulant la réviser par le discours politique et faire de la France un sorte de grande star mondiale sans ride ni défaut vulgarisée sous une tonne de maquillage et cachant ses fautes et ses égarements, cela ne lui donnera pas l'allure d'une grande dame héroïque avec ses plaies, ses cicatrices, ses qualités et ses défauts, cela lui donnera l'allure d'une poupée sans aspérité tout droit sortie d'un conte de fée inventé de toute pièce par un ou des idéologues totalitaires au service d'un marketing France qui n'a jamais existé... Un peu cette droite brune fantasmée par une certaine Marine et un certain Jean-Marie Le Pen.

Nous ne sommes pas à Moscou en pleine contre-révolution tsariste avec Vladimir Poutine. Nous sommes encore en France, là où une certaine rue cherche un futur à la démocratie pour qu'elle ne s'éteigne pas dans un suicide collectif au profit d'horreurs fascistes, royalistes, impérialistes.

La course et la présidence ne se joueront pas sur le circuit de Monaco, Monsieur François Fillon ou dois-je écrire Monsieur Formule 1 afin que votre Présidence commence bien avec un nom qui vous collera à la peau comme celui d'Ali Juppé? A vous de prouver que vous franchirez la ligne en grand président de la France.

Car la France a plus que jamais besoin d'un grand Président et non d'un Président clivant qui divisera encore plus.

 

Les commentaires sont fermés.