25/11/2016

Juppé-Fillon: passer du ring au salon de thé!

Le débat a eu lieu. Bien policé et entre amis. Alain Juppé a rentré l'artillerie lourde sur le conseil des membres influents de son parti. Il n'avait pas un adversaire à battre mais un ami à défendre malgré lui...

Priorité numéro 1: rester dans l'unité du parti. Priorité numéro 2: tenter une dernière sortie pour gagner la présidence. Même si le débat a clarifié les positions de chacun des candidats, on ne peut s'empêcher d'écrire  que les fameux scud d'Alain Juppé se sont transformés en tea party entre potes de longues dates. Toi François, je sais que tu prends un soupçon de crème et deux sucres dans ta camomille française. Moi tu sais bien, je prône plutôt l'infusion menthe et pignon de Tunisie afin de rassembler le peuple de France qui est si divers et nos différences sont tellement intéressantes dans ce monde qui bouge et qui innove.

Dans la réalité du terrain politique François Fillon est clairement contre la diversité culturelle. Faire de petites concessions c'est déjà cédé sur tout et se laisser imposer la...charia! Tel est, en sourdine, son credo qui correspond à sa majorité de droite à lui. Quand sera-t-il des repas scolaires de cantine? La double ration de frites de Nicolas Sarkozy sera-t-elle remise au goût du jour?

Autre sujet brûlant: la politique européenne et l'indépendance de la France. Alain Juppé tient à l'Europe. François Fillon semble plus près de la souveraineté française. Mais des deux, c'est Alain Juppé qui veut que la France retrouve sa puissance militaire pour s'opposer aux plans de possibles envahisseurs. En arrière fond, la politique de Vladimir Poutine et ses méthodes. François Fillon affirme qu'il veut rétablir une relation russo-française abîmée par François Hollande. Il ne faudrait pas oublier que le cas Assad est une des pierres d'achoppement pour nos démocraties (rétablir des relations stables et durables avec lui serait tout simplement renier nos valeurs démocratiques en acceptant la destruction de la Syrie par un dictateur qui n'a pas cherché à faire les réformes démocratique avant qu'il ne soit trop tard) et que l'annexion par la Russie de la Crimée au mépris du droit international ne passe pas non plus la rampe dans les pays démocratiques. Si François Fillon propose l'entente cordiale avec des régimes totalitaires, il était inutile de commencer à soutenir la liberté des peuples et les printemps arabes. Les dégâts sont faits. Accepter de nouveaux régimes qui empêchent la mise en place de démocraties et nous serons à jamais coupables d'avoir promis la liberté et notre aide aux peuples avant de les avoir abandonnés dans le chaos, la violence, la mort, et l'exil. Après les colonies, quel triste constat pour nous Européens! 

Alain Juppé président, il ne serait pas aussi facilement concilient avec Vladimir Poutine. Les valeurs démocratiques sont universelles n'en déplaisent aux fascistes et aux extrêmes-droites. La preuve qu'elles sont universelles c'est que dans tous les pays du monde, sauf en Corée du Nord ou le peuple est totalement zombifié, il y a des mouvements démocratiques pour chasser les dictateurs du pouvoir. Donc la démocratie ne peut rester un privilège des pays riches et éduqués. La démocratie a un devoir de développement sur la Terre entière.

Pour le reste du débat, les nuances sur la réintroduction des 39 heures, le référendum risqué proposé par François Fillon qui, s'il est désavoué, sera du coup un Président piégé à peine au pouvoir, et les ordonnances d'Alain Juppé qui peuvent produire effet rapidement si elles sont nuancées et pas trop impopulaires, les deux candidats se rejoignent sur la potion libérale, plus radicale pour François Fillon que pour Alain Juppé cherchant à sauver le volet social pour ne pas émietter sa présidence et créer le conflit dans la rue.

En conclusion on sort du salon de thé entre amis et en costard-cravate sans avoir assisté à notre match de boxe. Finalement Alain Juppé s'appelle bien Alain et non Ali. Le ring, ce sera contre Marine Le Pen. Et là, ça risque de saigner. Mais Alain ne sera semble-t-il que spectateur après avoir épargné le visage de son ami et non-adversaire de ce soir qui sera chargé d'enfiler les gants de boxe contre la leader du Front National...

Bonne chance à François Fillon. Alain, vous pouvez avoir plein de regrets. Car vous auriez du normalement pouvoir gagner. Mais finalement pas tant que ça. Vous vous êtes comporté en vrai gentleman et vous n'êtes ni un bad boy ni un homme indigne de vos fonctions. Bien au contraire.

 

Les commentaires sont fermés.