26/11/2016

Patriotisme, " seul moyen de transcender nos origines, nos races, nos religions"?

Ce sont les mots de François Fillon lors de son dernier meeting ce vendredi 25 novembre à deux jours du 2ème tour.

Vit-on pour son pays jusqu'à la mort? Et même, devons-nous sacrifier nos vies à notre pays en cas de conflits armés?

Un être humain doit "tout" à sa famille d'abord, à son pays ensuite. Est-ce un bon postulat de départ pour notre existence?

Je dirais d'abord que le parcours d'un être humain doit effectivement beaucoup à sa famille et à son pays mais pas tout. Si l'on parle de transcendance chrétienne, Jésus s'est même fait reprocher beaucoup de choses par sa propre famille pour avoir dit qu'il y avait quelque chose de supérieur à la famille restreinte: l'Humanité et Dieu. Jésus n'a jamais parlé de pays mais il a apparemment dit: "Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu". François Fillon le Catholique devrait se rappeler que son prophète à largement enfreint les frontières pour porter secours à toute l'humanité sans pour autant renier ses origines juives, sa culture juive, et même sa spiritualité qu'il tenait du monde juif.

Un pays, ce n'est finalement qu'une structure qui respire pour un peuple ou ensemble de peuples de cultures différentes respectant le même corpus de lois et participant à la démocratie de différentes façons.

Ce qui peut arriver dans la vie d'un pays, c'est l'invasion dramatique par une armée étrangère qui viole les frontières et veut imposer de nouvelles lois au dit pays par la force,  un pays qui se fait étouffer à travers des impérialismes et des conquêtes extérieures.

MAIS C'EST AUSSI UN PAYS QUI PEUT SE FAIRE ÉTOUFFER DE L'INTÉRIEUR PAR UNE DICTATURE PRENANT LE POUVOIR PAR LA FORCE OU MÊME PAR LE POPULISME PARTICIPATIF (via les réseaux sociaux aujourd'hui) ET LE PROPRE VOTE D'UNE MAJORITÉ QUI N'A RIEN VOULU VOIR VENIR ET QUI A FERMÉ LES YEUX.

Le patriotisme est une arme à double tranchant. Il n'est pas le moyen de transcender nos origines, nos cultures (préférables à races qui n'existent pas en réalité), nos religions. Le patriotisme est seulement un moyen de vivre fièrement ensemble et de partager la même culture démocratique (qui n'est pas la culture d'origine de chacun mais la culture de tous en évolution permanente que nous partageons ensemble dans un pays). Être fier d'être Français c'est par exemple quand un des nôtres nous rend encore plus fier d'être de ce peuple-là; que notre équipe de football remporte la Coupe du Monde; que nos entreprises produisent de beaux et d'excellents produits; que nos artistes transforment positivement la société par leurs chansons, leurs tableaux, leurs photographies, leurs talents multiples; que les ouvriers, artisans, commerçants, et paysans sont fières de faire un boulot qui ne rapporte pas forcément super gros mais dont ils aiment avec passion et détermination et que les patrons, s'ils ont des patrons, les respectent, les félicitent pour les résultats d'entreprise, leur tendent la main quand ils ont des difficultés dans leur famille, et les rétribuent justement pour ce qu'ils apportent à l'entreprise.

Pour moi c'est ça la culture patriotique. Être immensément fier de vivre dans un pays de liberté, prospère, en paix, pleinement et souverainement démocratique. Ce n'est pas cette peste brune, cette dérive autoritaire, ces divisions, ces injustices, ces discours racistes et xénophobes, ces injures, ces haines, ces richesses éhontées qui tentent de conserver et même d'amplifier leur fortune sur le dos du peuple horriblement divisé et fanatisé.

Monsieur Alain Juppé, vous ne voulez pas essayer, à la dernière minute, ce soir encore, d'expliquer à votre Droite ce qui est vraiment différent dans votre discours du discours trop rigide et abrupte de François Fillon qui risque de provoquer une nouvelle catastrophe française? Et quels seraient les avantages à vous choisir vous plutôt que François?

 

 

Les commentaires sont fermés.