27/11/2016

Castrophilie du monde, et encore boum sur la démocratie!

Si tu conduis ton peuple à la dictature, tu ne peux prétendre être un révolutionnaire. Tu es juste quelqu'un qui, dans ta famille, serait un mari tyrannique, un père indigne, qui n'hésiterait pas à éliminer en masse, détruirait la contestation, et dominerait du haut d'un trône luxueux une famille brimée et soumise au maître.

Désolé de ne pas faire partie des idolâtres. Les soutiens à Castro sont Poutine, XI, Assad... mais aussi de foutus démocrates qui l'encensent comme s'ils étaient encore dans les années 60 en imaginant que le marxisme-communisme d'alors était la solution pour le monde entier et qu'on pouvait bien éliminer tous les mouvements contestataires pour arriver à ce "noble" but. Le Ministre canadien libéral Trudeau, quelle honte! Se vautrer comme cela devant un dictateur qui n'a jamais laissé la place à personne au pouvoir!

Non. Aucune dictature, dans notre monde moderne, ne mérite autant d'éloges. Car toutes les dictatures mènent à l'abus terrifiant d'une caste qui s'accapare tous les pouvoirs. Que ce pouvoir soit capté par une idéologie de gauche ou de droite.

Pour ma part, la seule révolution permanente, c'est celle des hommes et des femmes qui se battent pour un monde plus juste, plus égalitaire, plus fraternel, plus humain. C'est cela la vraie révolution et elle présuppose que chaque génération s'implique dans la cause démocratique à l'échelle mondiale. Toute prise de pouvoir débouchant sur l'abus de pouvoir et la dictature ne sera jamais la révolution mais juste le succès d'une bande d'opportunistes menée par un chef qui fait croire à la révolution permanente mais maintient le peuple dans la pauvreté et la domination idéologique du maître.

Che Guevara lui-même a fui le pouvoir parce qu'il avait compris l'impossibilité pour un révolutionnaire de se reconnaître dans une dictature et l'écrasement d'une partie du peuple au bénéfice d'une caste élitiste se vautrant dans le luxe et l'apparat... Trahison de la révolution et honte absolue.

 

Les commentaires sont fermés.