01/12/2016

Mélenchon, un nouveau Coluche en politique

Il parle de choses très sérieuses avec une langue furieuse et curieuse. Il aime les machines et la philo. Il sait parler aux gens même s'il n'a pas tout-à-fait compris le coup des pales des éoliennes face aux visages pâles qui n'en rigolent pas vraiment.

Moi, quand je regarde Mélenchon, je vois une armoire à glace, un discours de déménageur de piano ou de plombier en salopette Coluche.

Désolé Jean-Luc (pardon pour le Jean-Luc en lieu et place de Monsieur Mélenchon), mais derrière vos discours hyper sérieux et compétents, je vois un Coluche réincarné, un homme qui veut changer le monde, le réarmer intellectuellement, donner de l'intelligence aux gens et enfermer définitivement le Capital pour son incompétence, sa dangerosité, sa folie consommatrice qui rend les gens aussi bêtes que des dindes et qui ne se posent jamais les bonnes questions.

Mélenchon s'appuie sur une formation haut de gamme de la jeunesse pour changer de société et aller vers les énergies vertes et l'agriculture bio. Il ne veut pas être un Pol Pot moderne. Il veut donner de la joie de vivre aux paysans et des salaires décents qui les empêchent de se suicider. Il veut redonner de la fierté et de la compétence partout où les jeunes s'engagent à se former et à partager les compétences, le savoir, les revenus.

J'ai suivi son discours de Bordeaux sur Internet. Des moulins à eau jouant les redresseurs de torts, un Don Quichotte moderne doublé d'un Coluche revenu de l'au-delà et prêt à bouleverser l'ordre mondial actuel et une France qui s'enfonce dans la neurasthénie. C'est Jean-Luc Mélenchon qui ne parle pas en Allemand pour les Français et en Allemand pour les Français. 

Avec ce mec-là, nous sommes vraiment dans un changement de société. Ce n'est pas de la cosmétique politicienne. C'est le cosmos politique français et européen bouleversé. Le Blitzkrieg de l'opposition, pour Mélenchon, c'est une guerre totale faite au prolétariat et à ses droits. Lui propose autre chose: la mort du capitalisme et le début d'une société réellement solidaire. Rendre de la sécurité partout où l'humain vit, un nouveau climat des affaires comme il dit, payer les femmes comme les hommes pour que les cotisations financent la retraite à 60 ans. Réussir une croissance verte et une augmentation des salaires générale pour celles et ceux qui n'ont pas les moyens de vivre avec leur salaire.

S'il accuse ses adversaires d'un coup d'Etat social, lui propose un coup d'Etat contre le Capitalisme.

La France devra choisir entre deux visions radicalement différentes pour autant que Jean-Luc Mélenchon passe au second tour de la présidentielle.

Pour ma part, je souhaite vraiment un duel présidentiel entre François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Pour que les idées révolutionnaires touchent la population entière.

Mais pour cela, il faut d'abord que la Gauche organise une primaire de la Gauche avec Jean-Luc Mélenchon candidat face aux autres candidats de gauche. Pour qu'il n'en reste qu'un à la fin face au dinosaure Fillon ou à la tyranosaure Le Pen. Sinon, le mec il fera comme Coluche. Il sera explosé net dans sa marche triomphale Don Quichottesque par manque de voix au premier tour.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.