02/12/2016

Mélenchon: l'irrésistible ascension ou la débandade finale?

Jean-Luc Mélenchon y tient mordicus. Il n'ira pas batailler dans la primaire socialiste.

Pour deux raisons avouées: l'une, c'est qu'il ne veut pas se battre dans le club des faillis, soit celui de tous les socialistes qui ont participé de près ou de loin à la débâcle de François Hollande. L'autre, c'est que par honnêteté intellectuelle il veut des partisans et des partisanes qui votent réellement pour le programme de la France Insoumise et pas des ralliements forcés, sans force de conviction pour les idées de la gauche galaxie Mélenchoniène suite à une élimination des autres candidats dans la primaire socialiste.

Avec Mélenchon c'est tout ou rien. Qu'on se le dise dès le départ. A prendre ou à délaisser. Mais mathématiquement on crie au fou ou à l'inconscient politique car comment réunir les suffrages de gauche en suffisance si la gauche se présente de manière éclatée avec plusieurs candidats et candidates à la primaire?

Environ 12% des Français et Françaises voteront pour lui de sûr. C'est son socle de base depuis la dernière présidentielle alors que pour Marine le Pen le socle de base est actuellement à plus de 20% et à près de 30% pour François Fillon. Nous sommes si loin du bon compte pour passer au second tour. Même Emmanuel Macron semble être le troisième candidat à la présidence. Mélenchon 4ème, ce n'est pas Mélenchon 2ème au premier tour. Et tout sera alors fini pour la gauche de la gauche avec un affrontement de plus en plus visible entre Fillon et Le Pen, une Le Pen ravie qui verra une abstention record dans les rangs de la gauche et qui aura toutes ses chances de gagner...

Donc Mélenchon et sa tête dure ne se pliera pas à la primaire socialiste. Il lui reste quelques mois pour réussir son pari. Soit prendre 3% ou 4% des votants présumés du Front National auprès du prolétariat qui vote pour elle et prendre 3% ou 4% au candidat socialiste issu du hollandisme. Si la France Insoumise et son candidat n'y parviennent pas à force de persuasion et d'idées révolutionnaires, c'est la fin du rêve de présidence pour Mélenchon et la Gauche.

Jean-Luc semble assez sûr de lui pour réussir ce coup là. Mais Mélenchon s'assurera autant de reproches s'il échoue à cause de son obstination à ne pas participer à la primaire socialiste. C'est un sacré coup de poker que le candidat de la Gauche Insoumise tente là.

Nous lui souhaitons les ailes d'un lider maximo mais sans la dictature, s'il vous plaît, Monsieur Jean-Luc Mélenchon.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.