08/12/2016

Mélancolie et Mélanfolie, il est l'heure

 

Un papillon prenait des notes

 et d'autres écrivaient de nouvelles notes

pour le premier des révolutionnaires.

Des blanches, des noires,

des dièses, des croches

pour accrocher tous les coeurs

aux pendules de leur choeur.

 

Les abeilles butinaient les ombellifères

et préparaient le thé au miel

pour ne pas en faire

des lunes de fiel

mais de jolies ombrelles

sous le soleil de minuit.

 

Il y avait un air de révolution

qui tournait en boucle sous le toit,

un air qui remontait

aux année 70.

Des lycéennes et des lycéens

fumant un peu de marijuana

au coin d'une cheminée

d'un chalet de montagne

écoutant Simon And Garfunkel.

 

Il y avait cet air entêtant

qui habillait les poutres

décorées de guirlandes.

Et puis ces jeunes gens

et ces jeunes filles flirtant

en silence

qui rêvaient de faire

de leur France insoumise

leur révolution dans le temps.

 

Un vieux poète fatigué

leur servait le thé au miel.

Il n'avait plus d'âge ni d'étiquette.

Il était juste heureux et fier

de ces jeunes en état d'éveil.

Et il rêvait d'un dernier désir,

d'une dernière utopie:

en Mai 2017,

Cette France insoumise

prenait le pouvoir

et changeait la politique du monde.

 

Les commentaires sont fermés.