15/12/2016

L'équilibre de la Terreur, Monsieur Assad, ne rendra pas la vie aux victimes ni leurs vies aux réfugiés

Monsieur Bachar el Assad fanfaronne sur RT et dit sa vérité qui n'est, bien sûr, qu'un tissu de mensonges et de manipulations.

Sur le droit d'ingérence dans les affaires des autres. Pour lui, les Russes ne l'ont jamais fait et ne le feront jamais. Quelle énormité! De combien de victimes l'impérialisme soviétique puis russe est comptable?

Sur le prétendu silence de l'Occident concernant les crimes des terroristes, terroristes qui sont tous du même bord du moment qu'ils sont opposants à Assad. Ce ne sont, pour le toujours président sanguinaire, jamais des volontaires démocrates au combat respectant les droits humains les plus élémentaires. Ce sont toujours des terroristes auteurs des pires crimes. Un peu comme si tous les soldats occidentaux de la liberté qui ont libéré l'Europe du nazisme étaient des terroristes au service d'un fascisme religieux ou de l'impérialisme capitaliste américain...

Sur son propre compte aussi, menteur éhonté, homme qui serait le sauveur de l'Etat syrien face aux salopards d'Occidentaux qui ne respectent pas les droits humains et les frontières...

Mais lui, que respecte-t-il? Le droit du plus fort et du plus criminel, sans doute.  Le droit à la terreur sur tous les fronts dès qu'un semblant d'opposition apparaît. Son pays en "paix" avant la guerre c'était un pays aux réseautages extraordinaires d'espions au service du pouvoir. Tellement extraordinaire qu'un père de famille ne pouvait même plus faire confiance à sa femme et ses enfants s'il commençait à contester et à critiquer le régime ouvertement devant sa propre famille... Petit Hitler de son pays, Bachar a fait régner la terreur plus ou moins "soft" par la grâce de son autorité qui terrorisait les foules. Emprisonnement et tortures d'opposants et peine capitale pour eux. Il n'a jamais libéré de ses prisons les opposants qui se battaient pour une démocratie naissante en Syrie. Mais il a libéré les pires islamistes qui provoquaient des tensions dans le pays avant la guerre afin que ceux-ci rejoignent les rangs de l'opposition et prennent le pouvoir sur les combattants de la liberté. Car les islamistes les plus déterminés ne regardent jamais aux méthodes. Fascistes dans l'âme, ils tuent, pillent,violent, torturent avec la plus scélérate cruauté. Et quand ils arrivent au village, si les combattants démocrates ne sont pas en nombre suffisants pour défendre ce qui devait être la révolution qui a finalement avortée dans la pire horreur, ils font régner la terreur et la soumission à leur violence aveugle.

Cet interview de RT est terrifiante en soi. Après six ans de guerre, une Syrie exsangue, une population décimée, des millions de réfugiés sur les routes de l'exil, le type se pavane tranquillement devant une chaîne soutien de la Russie et sa journaliste... A méditer grave sur les valeurs de l'équilibre de la Terreur...et du journalisme. Un peu comme si un journaliste français causait tranquillement avec les frères Kouachi en leur accordant le droit de dire que c'est les membres de Charlie Hebdo qui étaient des terroristes et eux qui étaient dans leur bon droit de les rayer de la planète Terre parce qu'ils avaient Allah comme guide suprême de leur combat. La Syrie n'a pas Allah ni même un chic type comme guide de la nation. Elle a le diable le plus machiavélique de notre temps. Un diable qui peut tous nous amener dans l'abîme tellement il sait jouer sur les faiblesses humaines et les conflits d'intérêts.

 

Les commentaires sont fermés.