04/01/2017

François Fillon s'impose la double peine qui le fait perdant face à Le Pen

François Fillon ne sera probablement pas le Jacky Ickx de la politique.

A force d'enfoncer la pédale de l'accélérateur ultra-libérale avec les oeillères d'un cheval dopé par le grand patronat et puis de devoir rétro-pédaler à fond sur les freins pour ne pas sortir exploser dans les barrières des chicanes par la droite-centriste et toute la fausse gauche et la vraie gauche plus le FN dans sa totalité (ça fait un sacré paquet de monde en mode élection qui ne lui donneront pas la confiance présidentielle) François Fillon risque de finir en beau pendu au moment du premier tour électoral déjà. N'est pas François Villon qui veut...

Pour lui, les carottes semblent déjà cuites et, en guise de double peine, il fera perdre son parti Les Républicains de façon aussi lamentable que le PS perdra avec des Valls ou autre comme candidat officiel du PS.

Jamais on n'aura vu autant de chambardement dans l'Histoire moderne de la France. Imaginer les deux seuls partis se partager le pouvoir sous la Vème République dévorés au premier tour par le trio Le Pen-Macron-Mélenchon, voilà un événement prodigieux pour 2017.

Et si en finale, nous trouvons Le Pen face à Mélenchon, alors là, mes amis, on va voir une France révolutionnaire à l'oeuvre qui ne se laissera pas marcher dessus par le fascisme.

Préparer vos gants de boxes, il y aura des coups à prendre sur le ring. Et le KO sera déjà retentissant pour l'ultralibéralisme dont la majorité des Français et Françaises ne veulent plus. Quand à la victoire, ce sera entre les forces de progrès révolutionnaires de la Gauche radicale et les forces prêtes à s'étaler dans la fange fasciste. Le peuple français devra trancher.

On attend de voir si la prophétie est juste. Mais soyez prêts à combattre avec vos idées au plus près de la justice et une vision d'avenir qui correspond peu ou prou à vos idéaux. Car le choix sera douloureux pour celles et ceux qui auront finalement perdu la bataille des idées devant le peuple. Et glisser vers le fascisme voilà une perspective que les démocraties devraient vraiment biffer de leur objectif. Aucun gouvernement fasciste n'a fait du bien pendant très longtemps à un peuple.

Mais qui veut encore de la démocratie et de la victoire de tout le peuple, pas seulement celle d'une petite élite qui s'octroient des pouvoirs scandaleux?

 

Les commentaires sont fermés.