28/01/2017

Mélenchon, faiseur de démocratie radicale

Ne me dites plus que le type est un futur tyran. N'écrivez plus des mensonges sur sa façon trop autoritaire d'imposer sa vision du monde.

Jean-Luc Mélenchon est un Suisse qui s'ignore...ou même pas...qui en est conscient. C'est le candidat du vrai changement, d'une refondation de la République qui conduira la France d'une monarchie constitutionnelle et ses Versailles permanents, ses aristos méprisant le peuple et se servant dans la caisse, à une France qui défendra bec et ongles la démocratie sociale et les acquis du peuple pour une vraie égalité entre nous tous.

Bon. Les Suisses sont trop gentils et se font embobiner pour une bonne part d'entre eux par l'UDC, filiale du Front National dans les idées ou presque, et moi je suis devenu un méchant gentil pacifiste comme un moine bouddhiste mais enragé comme un Mélenchon quand je vois que mon pays, chantre de la démocratie, dérive vers l'extrême-droite, y compris dans les médias qui autrefois étaient farouchement opposés à l'UDC blochérienne et à notre cher Oskar valaisan, lui, pourrait obtenir l'Oskar du meilleur réalisateur survivaliste qui a déjà fait passer de vie à trépas, mentalement, la démocratie pour passer dans un monde post-apocalyptique où tout le monde portera le colt à la ceinture et tiendra son fusil sous le lit conjugal à défaut de ne pas posséder sa bombe atomique personnelle.

Mais avant le stade ultime de la décomposition démocratie, il y a la France insoumise et il faudrait voir pour s'informer un peu plus sur son programme et sa vision pour l'Humanité. Pour cela, il faut prendre son temps et ne pas favoriser celui qui vous brosse le portrait dans le sens du poil pour vous séduire et vous dire bravo à vos péchés capitaux (pollueurs-non payeurs, libre-échangistes sans scrupule qui acceptent que les footeux ou les tennismans vedettes empochent des centaines de millions dans une relative courte carrière (15 ans au sommet de l'élite c'est un max à part pour Federer), fusse telle fabuleuse du point de vue humain et sportif, tandis que le faiseur de petites balles jaunes, de raquettes, d'équipements sportifs, et de ballons ronds crèvent la dalle pour nourrir toute sa famille, y compris que l'esclave au travail est parfois un gosse qui nourrit son papa et sa maman au lieu d'aller à l'école et de vivre sa jeunesse.

Celles et ceux qui approuvent le système actuel et disent qu'on ne peut pas le changer sont complices d'un système fasciste qui impose ses conditions pour maintenir une grande majorité d'êtres humains dans des conditions salariales esclavagistes de misère qui ne permettent pas de faire vivre sa famille et de vivre au-delà du jour le jour angoissant qui fait que si Madame ou Monsieur perd son job, sa famille risque de finir à la rue et Madame apprentie masseuse dans un salon de massage pour hommes en mal d'expériences sexuelles tarifées soignant leur libido déviante pour compenser leur manque d'affection à la maison ou développer leur machisme intraitable qui fait qu'une femme c'est d'abord, essentiellement, et uniquement bobonne à la maison ou pute dans un bordel.

C'est dit. Avec le sentiment de l'expérience vécue en live dans sa propre vie.

On ne va pas se faire ombrage parce qu'il fait froid en hiver et chaud l'été. C'est pas la première fois que je vis l'hiver dans ma vie et que je me cache sous les arbres l'été. Vous non plus. Ce n'est pas non plus la première fois que ma face de citrouille halloweenesque à la Jack'O'Lanterne refusée dans les enfers médiatiques officiels comme dans les paradis financiers déambule dans la rue avec sa parole forte qui ne prend pas des allures de gourou universel mais qui vous donne du grain à moudre pour peu que vous ayez envie de moudre du grain et non me donner un coup sur la tête pour que je me taise et que je ferme mon blog et ma bouche.

C'est assez pour ce matin. Suivez Mélenchon sur sa chaîne You Tube qui vous en dira plus sur la colère du peuple qui a compris notre monde de plus en plus débile et irresponsable.

Bonne journée à tous et à toutes. On se quitte avec Saez, un grand poète de notre temps, un Rimbaud, un Baudelaire, un homme quoi, un vrai! Pas un vendeur d'idées crados et dégueulasses qui tuent la démocratie et nos libertés, nos égalités, nos solidarités, nos humanités, nos peuples qui sombrent dans la haine de l'Autre grâce aux milliardaires et leurs paroles de merde.

Les commentaires sont fermés.